L'auteur
Godel Vahé

Présentation

Né en 1931 à Genève, Vahé Godel est le fils de Robert Godel, d’un linguiste suisse de renom, spécialiste de la langue arménienne, et de Méliné Papazian, arménienne née à Bursa (Turquie). Il a traduit plusieurs poètes arméniens et nombreux de ses textes ont eux-mêmes été traduits et publiés en arménien, russe, espagnol et roumain. Correspondant de la Maison Internationale de la Poésie (Bruxelles), il est également Membre de la Société des Gens de Lettres de France, Membre du Jury du Prix Max-Pol Fouchet ainsi que Membre d’Honneur de l’Union des Écrivains d’Arménie. Il réside actuellement à Genève.

« Passager clandestin sur des frontières de sables mouvants, Godel nous propose sa rythmique si particulière : ses mots sont des incantations, des foyers d’incandescence. »
- André Clavel (L’Évènement du Jeudi, 1987)

« Une »langue clandestine« dont on aurait forcé portes et fenêtres, et qui serait ouverte à tous les vents. »
- Dimitri Alexakis (Le Monde des Livres, 1993)

Bibliographie

Bibliographie sélective :

Aux Éditions À La Différence :
- Quelque chose quelqu’un, 1987
- Exclu inclus, 1988
- Vous, 1990
- Ov, 1992
- De plus belle, 1993
- Arthur Autre, 1994
- La poésie arménienne du Ve siècle à nos jours, nouvelle édition revue et augmentée, 2006
- Entre deux, à paraître en octobre 2007

Autres éditeurs :
- Signes particuliers, Éditions Grasset, 1969
- Coupes sombres, Éd. À La Baconnière, 1974
- Du même désert à la même nuit, Éd. Jacques Antoine, 1978
- Qui parle ? Que voyez-vous ? Éd. Zoé, 1982
- Faits et gestes, Éd. À La Baconnière, 1983
- Le Goût de la lecture, Éd. Le Dé Bleu, 1992
- Et pour finir, Éd. André Simoncini, 1997
- Nicolas Bouvier : « Faire un peu de musique avec cette vie unique », Éd. Metropolis, 1998
- Zones frontières, Éd. François Demoures, 1998
- Fragments d’une chronique (Genève-Paris-Arménie), Éd. Metropolis, 2001
- Le Charme des vestiges, Éd. Caractères, 2003


5 Ouvrages aux éditions Cadex

Votre panier

Votre COMPTE

Non connecté

« Mais laisser la pensée ouverte, n’est-ce pas toujours préférer le désarroi ? »
Christian Prigent
Ne me faites pas dire ce que je n’écris pas

Cosnay MarieTardif Jean-ClaudeClauzel JacquesSigg IvanDebove SarahBrianti JacquesMathé Jean-FrançoisCollectifBollRousselot JeanPruvost BernardAzri SmailFourcassié SylvainMinière ClaudeLinder ValérieRebaud DavidClod’AriaAutin-Grenier PierrePavlovic MiskoDaviet LiseSalvayre LydieRoussel AlainKoch ErikMoulin JacquesSautou ÉricSchmitt Mickaël MohamedHeld JacquelineFaye ÉricMechtiltNegri Marc
Stilb suivi de Iréniques Le Soleil oiseleur Fidèles félidés Goutte d’eau Toro Tu me libellules Des garous et des loups Les Macchabs vites Circé ou Une agonie d’insecte Dans les jardins mouillés Le Voyageur sans voyage L’Ordinaire, la métaphysique Parfois La Couleur tensive L’Œil tourné Pour mon ours blanc La Mort est en feu La Source L’Incomparable promenade Le Chant du destin Casanova et la belle Montpelliéraine Lavoir de toutes les couleurs Tectonique des femmes En avant l’enfanfare ! L’Alimentation générale de Tombouctou Coquerets et coquerelles Petit Traité d’éducation lubrique (édition 2010) Le Bruissement des mots La Momie de Roland Barthes Carnets respiratoires