L'auteur
Godel Vahé

Présentation

Né en 1931 à Genève, Vahé Godel est le fils de Robert Godel, d’un linguiste suisse de renom, spécialiste de la langue arménienne, et de Méliné Papazian, arménienne née à Bursa (Turquie). Il a traduit plusieurs poètes arméniens et nombreux de ses textes ont eux-mêmes été traduits et publiés en arménien, russe, espagnol et roumain. Correspondant de la Maison Internationale de la Poésie (Bruxelles), il est également Membre de la Société des Gens de Lettres de France, Membre du Jury du Prix Max-Pol Fouchet ainsi que Membre d’Honneur de l’Union des Écrivains d’Arménie. Il réside actuellement à Genève.

« Passager clandestin sur des frontières de sables mouvants, Godel nous propose sa rythmique si particulière : ses mots sont des incantations, des foyers d’incandescence. »
- André Clavel (L’Évènement du Jeudi, 1987)

« Une »langue clandestine« dont on aurait forcé portes et fenêtres, et qui serait ouverte à tous les vents. »
- Dimitri Alexakis (Le Monde des Livres, 1993)

Bibliographie

Bibliographie sélective :

Aux Éditions À La Différence :
- Quelque chose quelqu’un, 1987
- Exclu inclus, 1988
- Vous, 1990
- Ov, 1992
- De plus belle, 1993
- Arthur Autre, 1994
- La poésie arménienne du Ve siècle à nos jours, nouvelle édition revue et augmentée, 2006
- Entre deux, à paraître en octobre 2007

Autres éditeurs :
- Signes particuliers, Éditions Grasset, 1969
- Coupes sombres, Éd. À La Baconnière, 1974
- Du même désert à la même nuit, Éd. Jacques Antoine, 1978
- Qui parle ? Que voyez-vous ? Éd. Zoé, 1982
- Faits et gestes, Éd. À La Baconnière, 1983
- Le Goût de la lecture, Éd. Le Dé Bleu, 1992
- Et pour finir, Éd. André Simoncini, 1997
- Nicolas Bouvier : « Faire un peu de musique avec cette vie unique », Éd. Metropolis, 1998
- Zones frontières, Éd. François Demoures, 1998
- Fragments d’une chronique (Genève-Paris-Arménie), Éd. Metropolis, 2001
- Le Charme des vestiges, Éd. Caractères, 2003


5 Ouvrages aux éditions Cadex

Votre panier

Votre COMPTE

Non connecté

« J’étais nu près de Deborah nue, nos moiteurs s’évitaient à présent, nous souriions vaguement et parallèlement à un ventilateur harassé qui grinçait au plafond. Il y avait une douceur extrême à ne plus se sentir beaux ni désirés. Nous n’avons pas dormi, je pense. Quoique le dos collé au drap, nous avons flotté sous d’invisibles palmes. »
François Salvaing
De purs désastres, édition aggravée

Vivin BertrandNoiret GérardHarpman JacquelineSigg IvanIsnard VivienViallat ClaudeGodel VahéDelaume, ChloéShan ShanMiège-Simansky DeniseChamplong YohannGarralon ClaireLaporte RogerCollectifHauc Jean-ClaudeMechtiltDannemark FrancisMoreau BernardMingarelli HubertSpilmont Jean-PierreDobzynski CharlesBrulet GillesRebaud DavidMoreno SalvadorGabriel PierreHeld JacquelineGoffette GuyLeduc DanielJimenez AlfonsoDutel Roland
L’Enceinte En toutes circonstances L’Absent Chair de Sienne Parfois Villégiatures & Cie Le Chat Des sourires et des pommes Ombres classées sans suite Les Montagnes du soir Couleur jardin La Langue au chat La Halte belge La Peur et son éclat Dans les jardins mouillés Presque le bonheur Encre Ciel inversé 2 Le Bec de la plume L’Oiseau de nulle part Avec des ailes Le Vingt-deux octobre Entre chagrin et néant (audiences d’étrangers) Crobards et mounièques Faire des études pour être mendiant On disait L’Insu Quel sangue... Quella piaga... Une guirlande pour Casanova Guérir par les mots (poèmes médicaux, médicinaux et pharmaceutiques) Fragments d’un meurtre