L'auteur
Lekeuche Philippe

Présentation

Photographié par le peintre Jean Dalemans.

Né à Tournai (Picardie belge), le 19 janvier 1954. Philippe Lekeuche commence à faire de la poésie dès l’âge de douze ans. Á 14 ans, il rencontre le poète belge Madeleine Gevers, amie intime de Michel de Ghelderode, qui lui enseigne durant dix ans la technique poétique.
En 1970, à l’âge de seize ans, il rencontre chez lui à Bruxelles Maurice Carême qui le convainc de garder son nom et de renoncer à son pseudonyme de l’époque.
En 1974, il entame des études de psychologie à l’Université, études qu’il poursuivra jusqu’au doctorat (1987), avant d’enseigner la psychologie clinique et la psychologie de la littérature à l’Université de Louvain, de 1994 à aujourd’hui.
C’est en 1987 qu’a lieu sa rencontre destinale avec Gérard Fabre, fondateur des Éditions Cadex, qui publie son premier livre : « Le Chant du destin ». En 1995, Philippe Lekeuche reçoit le Prix Triennal de Poésie de la Communauté française de Belgique. En 2008, André Velter consacre son émission « Poésie sur parole » du 6 avril, sur France Culture, aux deux ouvrages « Le Plus fou des hommes » et « Le Feu caché », et Thierry Génicot son émission « La pensée et les hommes » du 18 octobre, sur la Radio nationale belge, aux deux mêmes livres.

Bibliographie



- Si je vis, Les Éperonniers, Bruxelles, 1988 (Prix Pollak de l’Académie)
- Celui de rien, Les Éperonniers, Bruxelles, 1993 (Prix Triennal de Poésie, 1995)
- L’État rebelle, Les Éperonniers, 1998
- Cette maladie, au nom perdu, Éditions Jacques Brémond, 2005
- Le Plus fou des hommes, Éditions Le Taillis Pré, 2007
- Le Feu caché, Éditions des Vanneaux, collection L’abreuvoir, 2007


6 Ouvrages aux éditions Cadex

Votre panier

Votre COMPTE

Non connecté

« La porte s’ouvre, un cardinal et un mannequin l’effleurent. Le coude de la jeune fille laisse une traînée de poudre sur sa manche renardée, c’est dimanche et pourtant les anges vomissent des arcs-en-ciel. Elle s’engouffre, presse le bouton 4. La porte s’ouvre, le silence l’affleure. »
Chloé Delaume
Sillages (Suite 411)

Venaille FranckDreyfus ArianeCosnay MarieFabre DominiqueFavier PhilippePelaez Jean-PierreVermeille PatriceSimon HervéCourtade FabienneMazoué PatriceHauc Jean-ClaudeSpilmont Jean-PierrePeuchmaurd PierreJégou Alain Bourg LionelDannemark FrancisVivin BertrandBobillot Jean-PierreFederman RaymondPerret RodolpheJimenez AlfonsoGrenouilleau SophieRoche MauriceNegri MarcLeclercq PascalSacré JamesPignon-Ernest ErnestRimlinger Nathalie-NoëlleMiège-Simansky DeniseDeblé Colette
Valleuse Lumière des mains, suivi de L’Incessant tourment d’espérances Petit Traité d’éducation lubrique (édition 2010) Casanova et la belle Montpelliéraine Arènes 42 Un cri Poèmes et lettres d’amour Al dente (de l’amour, du poème et des spaghetti) Guérir par les mots (poèmes médicaux, médicinaux et pharmaceutiques) Petits bonheurs Le Bruissement des mots Une clarté de passage La Momie de Roland Barthes Pour apprendre la paix à nos enfants Le Bec de la plume L’Insu Sillages Tu me libellules À la Dublineuse Des rêves au fond des fleurs Un habitué des courants d’air Couleur jardin Le Perron Vladivostok, aller simple Un éditeur... Voilà ! Carnets des solitudes L’Ourlet du ciel Presque le bonheur Solaire Crobards et mounièques