L'auteur
Lekeuche Philippe

Présentation

Photographié par le peintre Jean Dalemans.

Né à Tournai (Picardie belge), le 19 janvier 1954. Philippe Lekeuche commence à faire de la poésie dès l’âge de douze ans. Á 14 ans, il rencontre le poète belge Madeleine Gevers, amie intime de Michel de Ghelderode, qui lui enseigne durant dix ans la technique poétique.
En 1970, à l’âge de seize ans, il rencontre chez lui à Bruxelles Maurice Carême qui le convainc de garder son nom et de renoncer à son pseudonyme de l’époque.
En 1974, il entame des études de psychologie à l’Université, études qu’il poursuivra jusqu’au doctorat (1987), avant d’enseigner la psychologie clinique et la psychologie de la littérature à l’Université de Louvain, de 1994 à aujourd’hui.
C’est en 1987 qu’a lieu sa rencontre destinale avec Gérard Fabre, fondateur des Éditions Cadex, qui publie son premier livre : « Le Chant du destin ». En 1995, Philippe Lekeuche reçoit le Prix Triennal de Poésie de la Communauté française de Belgique. En 2008, André Velter consacre son émission « Poésie sur parole » du 6 avril, sur France Culture, aux deux ouvrages « Le Plus fou des hommes » et « Le Feu caché », et Thierry Génicot son émission « La pensée et les hommes » du 18 octobre, sur la Radio nationale belge, aux deux mêmes livres.

Bibliographie



- Si je vis, Les Éperonniers, Bruxelles, 1988 (Prix Pollak de l’Académie)
- Celui de rien, Les Éperonniers, Bruxelles, 1993 (Prix Triennal de Poésie, 1995)
- L’État rebelle, Les Éperonniers, 1998
- Cette maladie, au nom perdu, Éditions Jacques Brémond, 2005
- Le Plus fou des hommes, Éditions Le Taillis Pré, 2007
- Le Feu caché, Éditions des Vanneaux, collection L’abreuvoir, 2007


6 Ouvrages aux éditions Cadex

Votre panier

Votre COMPTE

Non connecté

« Afin de prévenir la satiété et le déclin libidinal qui lui est associé, enfermez votre partenaire dans une cave pendant quarante jours et quarante nuits. Il en sortira affamé. Le conseil est donné par Plutarque lui-même.
Le tout est de disposer d’une cave. »
Lydie Salvayre
Petit traité d’éducation lubrique

Rousselot JeanAlloy MarieGarralon ClaireSaint-Jean JacquelineClod’AriaMarchal PhilippeHanrez PaulLenglet MaudLegrand MarieDannemark FrancisNadaus RolandVernet JoëlBonnet GeorgesPlamont Jean-YvesLiskaPruvost BernardBenhamou MauriceSautou ÉricDupuy-Dunier ChantalChambon Jean-PierreFortemps VincentRouzeau ValérieMérillon GeorgesLeduc DanielDeblé ColettePersini JacquelineDelaroyère ThierryGuillou YvonBeeckman LéoBadaire Jean-Gilles
Un oursin Les Visages et les voix L’Ourlet du ciel Avant les monstres Trois anciens poèmes mis ensemble pour lui redire je t’aime Ciel inversé 2 Ne me faites pas dire ce que je n’écris pas Dans le vent du chemin C’est papa qui conduit le train Sillages Le Sentiment de la nature Un alibi de rêve Encyclopédie cyclothymique Les Montagnes du soir Colomb, Cortez & Cie Cheminement vers le rien Entre chagrin et néant (audiences d’étrangers) Vladivostok, aller simple L’Enceinte Tectonique des femmes La Poignée de porte Où qu’on va après ? Opéré bouffe Des garous et des loups Une voix pour Orphée On disait Corps antérieur Tombeau de Joseph-Ferdinand Cheval, facteur à Hauterives Prière d’insérer suivi de Cote d’alerte La Momie de Roland Barthes