Le plasticien
Lunal Serge

Présentation

Peintre né le 2 juin 1946 à Montpellier, il a vécu et travaillé à Nîmes, avant de s’installer au Grau-du-Roi.
Sa peinture se fonde sur le geste ample et la matière richement colorée. L’impression d’une vie organique jaillit de la toile ou des installations, peintures à trois dimensions qu’il réalise.
Les peintures de Serge Lunal frappent par la gestualité dansée-lente du geste coloré qui emporte le passage des pigments dans une liquidité à la fois noyante et tendue d’arabesques rompues ou ponctuée de signes aléatoires. La surface peinte est animée par des effets de superpositions, d’hésitations, de dérapages rapides d’une forme colorée à une autre. Mais cette visibilité immédiate n’efface pas la suggestion, dans l’espace qui s’offre à nous, d’un “objet” comme retiré et pourtant affleurant sans cesse sous les champs de couleurs agitées par sa pression. (Christian Prigent)
Ses oeuvres sont consultables en permanence à la librairie du Carré d’Art, Musée d’Art contemporain, Nîmes.
Il nous a quitté en 2016.

4 Ouvrages aux éditions Cadex

Votre panier

Votre COMPTE

Non connecté

« Quand l’été
n’a plus
que la pluie
et les os
que le ciel
est trop bref
pour l’œil
tout se tient
à la vie
à la mort
dans le cœur. »
Louis Dubost
Des sourires et des pommes

Damestoy MarinaGrenouilleau SophieBaude FrançoisWarnant GeorgeMoreno SalvadorDebarrah HamidAlloy MarieTréma StéphanieDebove SarahLeblanc CatherineAquindo SergioSarthou ClaudeGilard FlorencePelaez Jean-PierreLemerle CorinneRoche MauriceJaboulay HenriGuilbaud LuceTardif Jean-ClaudeMagnus TeddyRoche MauriceMaccheroni HenriCollectifLe Bayon GeorgesDezeuze DanielSilvain PierreRouzeau ValérieVerheggen Jean-PierreMathé Jean-FrançoisSimon Hervé
Le Faraud séant Crobards et mounièques L’Homme traversé Pour apprendre la paix à nos enfants En herbe Monsieur l’évêque avec ou sans mitre Mi-ville mi-raisin Le Soleil oiseleur Cheminement vers le rien C’est des poèmes ? Al dente (de l’amour, du poème et des spaghetti) Chants de la tombée des jours Encyclopédie cyclothymique Premières poésies (1950-1955) Prière d’insérer suivi de Cote d’alerte La Langue et ses monstres La Source Maintenant la nuit Trois anciens poèmes mis ensemble pour lui redire je t’aime Couleur jardin Le Bec de la plume Fragments d’une ville fantôme La Mort de Woyzeck L’Ombre nue Lumière des mains, suivi de L’Incessant tourment d’espérances Le Bruissement des mots L’Incomparable promenade La Ville autour Stilb suivi de Iréniques Dans les jardins mouillés