Le plasticien
Lunal Serge

Présentation

Peintre né le 2 juin 1946 à Montpellier, il a vécu et travaillé à Nîmes, avant de s’installer au Grau-du-Roi.
Sa peinture se fonde sur le geste ample et la matière richement colorée. L’impression d’une vie organique jaillit de la toile ou des installations, peintures à trois dimensions qu’il réalise.
Les peintures de Serge Lunal frappent par la gestualité dansée-lente du geste coloré qui emporte le passage des pigments dans une liquidité à la fois noyante et tendue d’arabesques rompues ou ponctuée de signes aléatoires. La surface peinte est animée par des effets de superpositions, d’hésitations, de dérapages rapides d’une forme colorée à une autre. Mais cette visibilité immédiate n’efface pas la suggestion, dans l’espace qui s’offre à nous, d’un “objet” comme retiré et pourtant affleurant sans cesse sous les champs de couleurs agitées par sa pression. (Christian Prigent)
Ses oeuvres sont consultables en permanence à la librairie du Carré d’Art, Musée d’Art contemporain, Nîmes.
Il nous a quitté en 2016.

4 Ouvrages aux éditions Cadex

Votre panier

Votre COMPTE

Non connecté

« les persiennes déplient un air d’accordéon dans l’éventail des jours
danser les matins de réveillon demeure accessoire »
Amandine Marembert
Toboggans des maisons

Josse JacquesKijno LadislasMérillon GeorgesMerlet AnahSautou ÉricRouzé StéphaneDelaume, ChloéLegrand MarieLambersy WernerJimenez AlfonsoCendors PierreCrespin MichelViannay MoniqueFéret FrançoisDebarrah HamidLunal SergeRousselot JeanGarralon ClaireBourg LionelLaporte RogerBourg LionelRebaud DavidHauc Jean-ClaudeTardif Jean-ClaudeLeblanc CatherineJaboulay HenriMarembert AmandinePeuchmaurd PierreBernager OlivierKahriman Çagdas
De purs désastres, édition aggravée Faire des études pour être mendiant La Belle vitesse Triptike gLoire(s) Tacatam Blues Le Bel aujourd’hui L’Incomparable promenade L’Absent En avant l’enfanfare ! L’Ombre nue Fin’ Amor Pour mon ours blanc Chambre de feuilles Le Barillet : variations dramatiques T2 Dans les jardins mouillés Chants de la tombée des jours Une clarté de passage Banlieue nord L’Insu Bavard au cheval mort et compagnie Un cri Non lieu provisoire Mobilis in mobilier Monsieur l’évêque avec ou sans mitre Si petits les oiseaux La Ville est mosaïque Ouverture du cri Petit Traité d’éducation lubrique (édition 2010) Le Vingt-deux octobre