Le plasticien
Vimard Jacques

Présentation

« Je crois que je me suis mis à peindre pour plaire à ma mère, la séduire... J’ai commencé par un acte de séduction puis c’est devenu un défi à la mort...
En 1962, à mon retour d’Algérie, j’ai pris conscience de mon isolement, à la fois familial et social. J’ai découvert Nietzsche. J’ai beaucoup peint. Peindre, c’était me remettre en question, avec pour repères Rimbaud, puis Artaud. »

voir à www.jacques-vimard.com

Votre panier

Votre COMPTE

Non connecté

« Maintenant, voici venu pour moi le temps de me décider à faire retour en arrière, de tenter de trousser congrûment quelque chose à ma guise, une sorte d’écriture pure de tout sens civique. Le besoin est sans doute inscrit dans les gènes : pressentiment reptilien que tout disparaîtra d’un coup.
Dany, Piteur, Olivier, il n’y a plus au monde une seule trace d’eux. Tout ce qui reste est en moi. »
Sylvain Fourcassié
Les Madones du trottoir

Aux éditions Cadex

  • L’Insu
    Guy Benoît
    1991
    9,50 EUR