Catalogue

Votre panier

Votre COMPTE

Non connecté

« J’étais nu près de Deborah nue, nos moiteurs s’évitaient à présent, nous souriions vaguement et parallèlement à un ventilateur harassé qui grinçait au plafond. Il y avait une douceur extrême à ne plus se sentir beaux ni désirés. Nous n’avons pas dormi, je pense. Quoique le dos collé au drap, nous avons flotté sous d’invisibles palmes. »
François Salvaing
De purs désastres, édition aggravée

L’Indifférent Poèmes poids plume C’est papa qui conduit le train Marie-Gasparine Petit Traité d’éducation lubrique (édition 2010) Le Réel Capitaine des myrtilles Un éditeur... Voilà ! L’Imaginaire & Matières du seuil La Ville est mosaïque Les Montagnes du soir Le Voyageur sans voyage Entrée en matière L’Oiseau de nulle part Profondeur du champ de vol L’Ombre nue Coquerets et coquerelles Nuitamment Faire des études pour être mendiant Encre Carnets des solitudes Poèmes et lettres d’amour Rien qui porte un nom Al dente (de l’amour, du poème et des spaghetti) L’Existence poétique Résidences secondaires Banlieue nord Chair de Sienne L’Appétit de Don Juan En toutes circonstances