Al dente (de l’amour, du poème et des spaghetti) Lionel Bourg

Publication 1995
Ouvrage épuisé

Al dente (de l'amour, du poème et des spaghetti), Lionel Bourg, pamphlet, coll. L'Anthrope, 12x16.5 cm, 32 p., 1995, 7.50€, ISBN : 2.905910.61.5

Présentation

Al dente !

C’est avec ce cri, lequel balance entre l’invective guerrière et l’exhortation à un prompt ralliement, qu’il m’arrive d’apostropher les deux ou trois convives qui, venus partager la pâte et le vin en ma tanière, se prélassent de discussions oiseuses en algarades apéritives, sirotant l’un le détestable whisky du poète un peu snob, l’autre un quelconque porto, le troisième enfin, à l’écart des débats, la dose réglementaire du pastis des familles qu’une larme d’orgeat fait accéder au statut exotique, vaguement trouble à l’évidence, de mauresque. On l’a deviné, tout à mes occupations de maître-queux, relégué dans l’antre d’une cuisine dont au demeurant j’interdis l’accès, surveillant la cuisson des spaghetti, le mijotage de la sauce (...), mobilisé par ma tâche et monopolisant le privilège d’en cours d’élaboration goûter l’affriolante décoction du Grand Œuvre, je ne pers pas le nord pour autant et participe en solitaire aux réjouissances générales, un verre à portée de main, où la robe jaune de cette satanée mauresque virevolte et m’aguiche.

Votre panier

Votre COMPTE

Non connecté

« Jardin comme posé
dans ma mémoire j’ai neuf ans.
Le tilleul est rutilant le
silence éclabousse au milieu de l’été et
tant d’abeilles dans les branches.
Ce que je peux m’emmerder ! »
Dominique Fabre
Avant les monstres

L’auteur

La Collection

Musée de l’os et de l’eau La Peur et son éclat Prière d’insérer suivi de Cote d’alerte 33 Voix Non lieu provisoire Vladivostok, aller simple Le Jour se lève encore Les Explorateurs Poèmes poids plume Dans les jardins mouillés Guérir par les mots (poèmes médicaux, médicinaux et pharmaceutiques) Des garous et des loups Pleine lucarne L’Etoffe des Corps Une cigale dans la tête Un cri Si petits les oiseaux Le Vent du dehors L’Ordinaire, la métaphysique Triptike L’Existence poétique Le Bel aujourd’hui Où qu’on va après ? Ciel inversé 1 Ouverture du cri C’est papa qui conduit le train Une voix pour Orphée L’Insu Arènes 42 Stabat Mater