Al dente (de l’amour, du poème et des spaghetti) Lionel Bourg

Publication 1995
Ouvrage épuisé

Al dente (de l'amour, du poème et des spaghetti), Lionel Bourg, pamphlet, coll. L'Anthrope, 12x16.5 cm, 32 p., 1995, 7.50€, ISBN : 2.905910.61.5

Présentation

Al dente !

C’est avec ce cri, lequel balance entre l’invective guerrière et l’exhortation à un prompt ralliement, qu’il m’arrive d’apostropher les deux ou trois convives qui, venus partager la pâte et le vin en ma tanière, se prélassent de discussions oiseuses en algarades apéritives, sirotant l’un le détestable whisky du poète un peu snob, l’autre un quelconque porto, le troisième enfin, à l’écart des débats, la dose réglementaire du pastis des familles qu’une larme d’orgeat fait accéder au statut exotique, vaguement trouble à l’évidence, de mauresque. On l’a deviné, tout à mes occupations de maître-queux, relégué dans l’antre d’une cuisine dont au demeurant j’interdis l’accès, surveillant la cuisson des spaghetti, le mijotage de la sauce (...), mobilisé par ma tâche et monopolisant le privilège d’en cours d’élaboration goûter l’affriolante décoction du Grand Œuvre, je ne pers pas le nord pour autant et participe en solitaire aux réjouissances générales, un verre à portée de main, où la robe jaune de cette satanée mauresque virevolte et m’aguiche.

Votre panier

Votre COMPTE

Non connecté

« C’est une émeute, avait dit l’un des hommes. Un soulèvement populaire, avait ajouté l’autre. Les carabiniers du village avaient fini par se décider à venir voir ce qui se passait. Ils avaient aidé les deux hommes à remonter dans leur autocar qui s’était enfui. À Santa Maria di Momentana, les maçons avaient achevé de monter le mur de briques. La Madonna était cloîtrée, hiératique. En bas, trois femmes caressaient l’enfant sous la robe qui frémissait. Le printemps était là en cette année 1944. »
Michaël Glück
L’Enceinte

L’auteur

La Collection

Solaire Journal de l’homme arrêté L’Œil tourné Bavard au cheval mort et compagnie La Toile de la foraine - Lyon : portrait L’Impossible Manque Le Bec de la plume Le Réel Le Taureau, la rose, un poème Quel sangue... Quella piaga... Une guirlande pour Casanova La Mort est en feu Les Eaux noires Couleur jardin L’Absent Un rossignol sur le balcon Parfois L’Etoffe des Corps Stabat Mater Ouverture du cri La Source Goutte d’eau Trois anciens poèmes mis ensemble pour lui redire je t’aime Les Chiens du vent La Momie de Roland Barthes Insensément ton corps Tombeau de Joseph-Ferdinand Cheval, facteur à Hauterives Musée de l’os et de l’eau La Ville est mosaïque Carnets des solitudes En avant l’enfanfare !