Arènes 42 Jacques Moulin

Publication 2001
7,50 EUR (7,11 EUR HT)

Arènes 42, Jacques Moulin, poèmes, 5 dessins de Marc Degois, coll. L'Anthrope, 12x16,5 cm, 32 p., 2001, ISBN : 2.913388.27.2

Présentation

D’une rue éventrée par des travaux qui la fouillent, des arènes qui s’y trouvent, Jacques Moulin tire une lente évocation d’un lieu qui quitte ceux qui l’habitent... Poèmes en proses resserrées, qui alternent avec des vers qui plongent comme carotte dans un sol dévasté, Arènes 42 saisit ce moment où le paysage se défait, exhumant pierres du passé et ciel nouveau. Et c’est un adieu alors qu’on doit faire à un espace où l’on a habité. Jacques Moulin joue de la précision du lexique pour faire surgir dans l’abstraction des éléments une réelle présence.

Extrait

« J’habite un pied-à-l’air. On sent mieux la respiration du vent qui vient reprendre diaphragme juste à la jointure des toits, entre tuiles et lucarnes. Le matin on est à l’orchestre, celui des corneilles qui “rauqualisent” à même le houppier. »

Votre panier

Votre COMPTE

Non connecté

« Ce n’est pas moi qui risquait de la combler jusqu’à la faire exister. Je préfère me tenir sur le seuil, caresser les corps plutôt que les posséder. »
Jean-Claude Hauc
L’indifférent

L’auteur

Le plasticien

La Collection

L’Imaginaire & Matières du seuil Fragments d’une ville fantôme Maintenant la nuit Rire parmi les hirondelles Un rossignol sur le balcon Journal de l’homme arrêté Couleur jardin En toutes circonstances L’Ordinaire, la métaphysique Les Macchabs vites La Langue et ses monstres Sillages Corps antérieur La hulotte n’a pas de culotte La poésie est facile L’Incomparable promenade Le Sens du toucher L’Enceinte Profondeur du champ de vol Le Bec de la plume À la Dublineuse L’Impatience Ils Mange-Matin C’est l’Eté Mon chat son chien et le cochon du voisin Stabat Mater Des garous et des loups Dits d’elle Résidences secondaires