Arènes 42 Jacques Moulin

Publication 2001
7,50 EUR (7,11 EUR HT)

Arènes 42, Jacques Moulin, poèmes, 5 dessins de Marc Degois, coll. L'Anthrope, 12x16,5 cm, 32 p., 2001, ISBN : 2.913388.27.2

Présentation

D’une rue éventrée par des travaux qui la fouillent, des arènes qui s’y trouvent, Jacques Moulin tire une lente évocation d’un lieu qui quitte ceux qui l’habitent... Poèmes en proses resserrées, qui alternent avec des vers qui plongent comme carotte dans un sol dévasté, Arènes 42 saisit ce moment où le paysage se défait, exhumant pierres du passé et ciel nouveau. Et c’est un adieu alors qu’on doit faire à un espace où l’on a habité. Jacques Moulin joue de la précision du lexique pour faire surgir dans l’abstraction des éléments une réelle présence.

Extrait

« J’habite un pied-à-l’air. On sent mieux la respiration du vent qui vient reprendre diaphragme juste à la jointure des toits, entre tuiles et lucarnes. Le matin on est à l’orchestre, celui des corneilles qui “rauqualisent” à même le houppier. »

Votre panier

Votre COMPTE

Non connecté

« Ce n’est pas moi qui risquait de la combler jusqu’à la faire exister. Je préfère me tenir sur le seuil, caresser les corps plutôt que les posséder. »
Jean-Claude Hauc
L’indifférent

L’auteur

Le plasticien

La Collection

Si petits les oiseaux La Chambre bouleversée Le Chat Des rêves au fond des fleurs L’Appétit de Don Juan Rimbaud, la tentation du soleil L’Absent Le Barillet : variations dramatiques T2 Carnets du graphomane Quel sangue... Quella piaga... Une guirlande pour Casanova L’Etoffe des Corps L’Ombre nue Les Macchabs vites Carnets respiratoires Les Madones du trottoir Le Réel Tu me libellules Prière d’insérer suivi de Cote d’alerte La Source Une voix pour Orphée En avant l’enfanfare ! Mon chat son chien et le cochon du voisin Ne me faites pas dire ce que je n’écris pas Le Perron C’est l’Eté Un alibi de rêve Matière du temps 1 La Ville est mosaïque Le Sentiment de la nature Entrée en matière