Arènes 42 Jacques Moulin

Publication 2001
7,50 EUR (7,11 EUR HT)

Arènes 42, Jacques Moulin, poèmes, 5 dessins de Marc Degois, coll. L'Anthrope, 12x16,5 cm, 32 p., 2001, ISBN : 2.913388.27.2

Présentation

D’une rue éventrée par des travaux qui la fouillent, des arènes qui s’y trouvent, Jacques Moulin tire une lente évocation d’un lieu qui quitte ceux qui l’habitent... Poèmes en proses resserrées, qui alternent avec des vers qui plongent comme carotte dans un sol dévasté, Arènes 42 saisit ce moment où le paysage se défait, exhumant pierres du passé et ciel nouveau. Et c’est un adieu alors qu’on doit faire à un espace où l’on a habité. Jacques Moulin joue de la précision du lexique pour faire surgir dans l’abstraction des éléments une réelle présence.

Extrait

« J’habite un pied-à-l’air. On sent mieux la respiration du vent qui vient reprendre diaphragme juste à la jointure des toits, entre tuiles et lucarnes. Le matin on est à l’orchestre, celui des corneilles qui “rauqualisent” à même le houppier. »

Votre panier

Votre COMPTE

Non connecté

« Jardin comme posé
dans ma mémoire j’ai neuf ans.
Le tilleul est rutilant le
silence éclabousse au milieu de l’été et
tant d’abeilles dans les branches.
Ce que je peux m’emmerder ! »
Dominique Fabre
Avant les monstres

L’auteur

Le plasticien

La Collection

Dans le vent du chemin Non lieu provisoire Tu me libellules Casanova et la belle Montpelliéraine Chair de Sienne Friches Le Vingt-deux octobre L’Enfance est mon pays natal La Poignée de porte Pays simple Ouverture du cri Chambre de feuilles Carnets du graphomane Des garous et des loups 33 Voix Pour mon ours blanc Triptike En avant l’enfanfare ! Fidèles félidés Toboggans des maisons Lumière des mains, suivi de L’Incessant tourment d’espérances Rien qui porte un nom Marie-Gasparine L’Imaginaire & Matières du seuil Dits d’elle Ombres classées sans suite Presque le bonheur Journal de l’homme arrêté Le Perron Résidences secondaires