C’est des poèmes ? Amandine Marembert

Publication 19 octobre 2016
10,00 EUR (9,48 EUR HT)

C'est des poèmes ?, Amandine Marembert, illustrations de Valérie Linder, poèmes, collection « Le Farfadet bleu », 11x19,2 cm, 48 p., 2016, ISBN : 978-2-37299-000-4

Présentation

Les paroles des enfants sont souvent d’une poésie brute magnifique.

Qui n’a pas un jour noté ces mots si frais et inédits qu’ils s’échappent immédiatement de nos oreilles et de nos bouches de grands ?

Il s’agit ici d’un tissage de paroles de Martin - fils de l’illustratrice - et de Rose - fille de l’auteure -, recueillies et notées telles des trésors, par les mères.

Amandine Marembert les a organisées pour construire ce texte, Valérie Linder en propose des images colorées et joyeuses.

Publié dans la collection poésie du « Farfadet bleu » ; couverture illustrée recto/verso, nombreuses illustrations couleur à l’intérieur.

Extrait

— Quelqu’un m’a tiré un bout de feu.
— Je t’aime jusqu’au cœur.
— Je t’aimerai pendant toute ma ville.

— Maman, dépasse la nuit, rature l’allée, déboule la pâte,
ménage la maison, mauvaiseherbe le bois des feuilles,
cueille les bois des fraises, rallume la lumière du ciel.
— Maman, pourquoi tu as trop tant de travail ?
— Pourquoi tu pèses tes kilos ?

Votre panier

Votre COMPTE

Non connecté

« Rien n’est plus discourtois que de voir un monsieur bander sans lui tendre, aussitôt, la main. »
Lydie Salvayre
Petit traité d’éducation lubrique

Le plasticien

La Collection

L’Indifférent La poésie est facile L’Etoffe des Corps On disait Le Sentiment de la nature La Mort est en feu Musée de l’os et de l’eau Le Faraud séant Chair de Sienne Valleuse Le Loir atlantique Le Réel L’Ordinaire, la métaphysique Entrée en matière Les Macchabs vites Mon chat son chien et le cochon du voisin L’Existence poétique Monsieur l’évêque avec ou sans mitre Dans le vent du chemin Trois anciens poèmes mis ensemble pour lui redire je t’aime Fragments d’un désastre Opéré bouffe Le Chat Les Visages et les voix Ciel inversé 2 Un cri L’Impatience Où patiente la lumière Un habitué des courants d’air Casanova et la belle Montpelliéraine