Casanova et la belle Montpelliéraine Jean-Claude Hauc

Publication 2001
10,00 EUR (9,48 EUR HT)

Casanova et la belle Montpelliéraine, Jean-Claude Hauc, essai, documents, notes et index, coll. Marine, 15x21,5 cm, 56 p., 2001, ISBN : 2.913388.25.6

Présentation

Si, écrivant ses Mémoires, Casanova se faisait un devoir de masquer le nom de ses diverses maîtresses, ce n’est certainement pas aujourd’hui faire injure à celles-ci que de chercher à les soustraire à l’anonymat. Ainsi, depuis longtemps déjà, les casanovistes sont parvenus à déjouer les divers stratagèmes imaginés par le galantuomo afin de protéger la réputation des femmes qu’il a aimées. Pour certaines toutefois le mystère s’est avéré plus malaisé à lever. A preuve cette Montpelliéraine que Casanova rencontra à Londres, en 1763 ; qui devint sa maîtresse à Dresde, trois ans plus tard ; puis qu’il retrouva à Montpellier, en 1769. « Une des plus jolies femmes de toute la France », écrit-il dans son livre. Etrangement, il aura fallu attendre la fin du XXe siècle et le bicentenaire de la mort du Vénitien pour que la belle Montpelliéraine recouvre enfin son identité. C’est la quête de celle-ci qui constitue le sujet de ce livre.

Extrait

En janvier 1769, Casanova passe une dizaine de jours à Montpellier. Dans “l’Histoire de ma vie”, il consacre plusieurs pages à ce séjour. Il évoque l’aménité des habitants de la ville, la chère exquise que l’on y fait, la renommée de ses médecins et le talent de la troupe des comédiens attachés à son théâtre. Mais, comme le plus souvent chez lui, c’est finalement l’“odor di femmina” qui l’entraîne et le guide. Ainsi, il retrouve à Montpellier une jeune femme dont l’itinéraire singulier a déjà par deux fois croisé le sien. A Londres, tout d’abord, en 1763 ; puis à Leipzig, trois ans plus tard. L’aventure amoureuse qu’ils ont vécue en cette occasion ayant semble-t-il laissé à Casanova un souvenir inoubliable.

Votre panier

Votre COMPTE

Non connecté

« Le lévrier : rien de bien haut, mais tout ce galbe donne le vertige (et la désagréable impression de forniquer sur un meuble Louis XV). »
Pierre Senges
Zoophile contant fleurette

L’auteur

La Collection

Banlieue nord Le Loir atlantique Valleuse Le Jour se lève encore Carnets respiratoires C’est papa qui conduit le train La Ville est mosaïque De purs désastres, édition aggravée En herbe Faire des études pour être mendiant Résidences secondaires Carnets des solitudes C’est l’Eté La Guerre entre les arbres Avant les monstres Une cigale dans la tête Mobilis in mobilier Les Eaux noires Coquerets et coquerelles Les Madones du trottoir L’Ombre nue L’Or de l’air Friches L’Imaginaire & Matières du seuil Prière d’insérer suivi de Cote d’alerte Rimbaud, la tentation du soleil Chambre de feuilles La Halte belge Animalimages Solaire