Corps antérieur Jean-Pierre Chambon

Publication 2003
21,50 EUR (20,38 EUR HT)

Corps antérieur, Jean-Pierre Chambon, poèmes, 12 dessins de Marc Negri, coll. David, 15x21.5 cm, 196 p., 2003, ISBN : 2.913388.41.8

Présentation

Corps antérieur rassemble et met en résonance des textes écrits à différentes périodes. Le livre reprend notamment ceux d’un élan initial vers l’écriture, dont la matière première est une plongée dans l’imaginaire de la nuit organique. On s’est retroussé mentalement la peau et, là-dessous, contre la chair et les nerfs à vif, les mots se mettent à grouiller comme des cellules. De la stupeur de l’écorché, une langue doit enfin prendre corps.

Extrait

dans l’éblouissement
parmi les éclaboussures
du ciel
une flaque de soleil
à midi
au milieu du monde
merveilleux
au bord du bleu adorable
nageur
à la musculature d’ange
comme un animal en joie
s’ébrouant
dans l’ivresse
de vivre
l’éternité fugace
corps étranger

Votre panier

Votre COMPTE

Non connecté

« Le lévrier : rien de bien haut, mais tout ce galbe donne le vertige (et la désagréable impression de forniquer sur un meuble Louis XV). »
Pierre Senges
Zoophile contant fleurette

Le plasticien

La Collection

Carnets respiratoires Non lieu provisoire Casanova et la belle Montpelliéraine Entre chagrin et néant (audiences d’étrangers) Où patiente la lumière Carnets du jardin de la Madeleine Pour apprendre la paix à nos enfants Tiens bon la rampe Un alibi de rêve Trois anciens poèmes mis ensemble pour lui redire je t’aime L’Ombre nue Lettre d’Afrique à une jeune fille morte Guérir par les mots (poèmes médicaux, médicinaux et pharmaceutiques) Petit Traité d’éducation lubrique (édition 2010) Le Congrès d’automne La Langue au chat De purs désastres, édition aggravée La Ville autour Lumière des mains, suivi de L’Incessant tourment d’espérances La Toile de la foraine - Lyon : portrait Une clarté de passage Le Sens du toucher La Traversée des grandes eaux En avant l’enfanfare ! Tacatam Blues La Chambre bouleversée L’Italien Capitaine des myrtilles Le Bel aujourd’hui Dans les jardins mouillés