Corps antérieur Jean-Pierre Chambon

Publication 2003
21,50 EUR (20,38 EUR HT)

Corps antérieur, Jean-Pierre Chambon, poèmes, 12 dessins de Marc Negri, coll. David, 15x21.5 cm, 196 p., 2003, ISBN : 2.913388.41.8

Présentation

Corps antérieur rassemble et met en résonance des textes écrits à différentes périodes. Le livre reprend notamment ceux d’un élan initial vers l’écriture, dont la matière première est une plongée dans l’imaginaire de la nuit organique. On s’est retroussé mentalement la peau et, là-dessous, contre la chair et les nerfs à vif, les mots se mettent à grouiller comme des cellules. De la stupeur de l’écorché, une langue doit enfin prendre corps.

Extrait

dans l’éblouissement
parmi les éclaboussures
du ciel
une flaque de soleil
à midi
au milieu du monde
merveilleux
au bord du bleu adorable
nageur
à la musculature d’ange
comme un animal en joie
s’ébrouant
dans l’ivresse
de vivre
l’éternité fugace
corps étranger

Votre panier

Votre COMPTE

Non connecté

« Maintenant, voici venu pour moi le temps de me décider à faire retour en arrière, de tenter de trousser congrûment quelque chose à ma guise, une sorte d’écriture pure de tout sens civique. Le besoin est sans doute inscrit dans les gènes : pressentiment reptilien que tout disparaîtra d’un coup.
Dany, Piteur, Olivier, il n’y a plus au monde une seule trace d’eux. Tout ce qui reste est en moi. »
Sylvain Fourcassié
Les Madones du trottoir

Le plasticien

La Collection

Les Chiens du vent Opéré bouffe Le Chat Petit Traité d’éducation lubrique (édition 2010) Des sourires et des pommes Al dente (de l’amour, du poème et des spaghetti) De purs désastres, édition aggravée Les Macchabs vites Carnets des solitudes Une cigale dans la tête L’Errance, la dérive, la trace Ciel inversé 2 L’Homme traversé Fidèles félidés La Langue au chat Un habitué des courants d’air Carnets du jardin de la Madeleine Quel sangue... Quella piaga... Une guirlande pour Casanova Une voix pour Orphée Le Voyageur sans voyage Le Faraud séant Arènes 42 Le Perron L’Œuvre au Nord La Couleur tensive Couleur jardin Des rêves au fond des fleurs L’Insu Ne me faites pas dire ce que je n’écris pas Tombeau de Joseph-Ferdinand Cheval, facteur à Hauterives