Hélène Boinard

Actualité Décès de l’artiste Serge Lunal

, par Hélène Boinard

Noua apprenons avec tristesse le décès de Serge Lunal, disparu lundi 25 janvier 2016.

Serge Lunal est né le 2 juin 1946 à Montpellier. Après des études à l’école des Beaux Arts, il choisit d’enseigner les arts plastiques en collège et lycée.
En 1968, il réalise sa première exposition personnelle à Montpellier, intitulée Plastimutations ; elle définira de manière didactique l’axe de recherche de toutes les créations suivantes. Commence alors une longue série d’expositions thématiques.
Il participe à des manifestations de Muro Torto organisées par Christian Prigent et la revue TXT (Rome, Nantes, Toulouse).
À partir de 1983, les formats s’agrandissent, la toile devient libre et l’acrylique s’impose.
Le monolithisme du Pic Saint-Loup laisse place aux fractionnements, dans un espace infini, ce sont les Météorites, puis les Objets horaires.
Comme par un effet de zoom, les formats se réduisent et présentent des objets abstraits désignés par un horaire.
En 2002, Christian Prigent écrit : « Les peintures de Serge Lunal frappent par la gestualité dansée-lente du geste coloré qui emporte les pigments dans la fluidité à la fois noyante et tendue d’arabesques rompues ou ponctuées de signes aléatoires. La surface peinte est animée par des effets de superpositions, d’hésitations, de dérapages rapides d’une forme colorée à une autre. Mais cette visibilité immédiate n’efface pas la suggestion dans l’espace qui s’offre à nous, d’un « objet » comme retiré et pourtant affleurant sans cesse sous les champs de couleurs agitées par sa pression. »
Viennent alors la série des Marines (2002), celle des Tondi (2004) et enfin les Égides de Marsias (2006).
Il renoue avec la toile libre pour son exposition de Collioure : « Il fait beau encore ».
Il fonde (pour les intimes) les éditions… du Pilon.
Il quitte Nîmes pour le Grau du Roi.
Serge Lunal a participé à plusieurs ouvrages collectifs ( Ecbolade, Carte Blanche, Rivières…) et a réalisé de nombreuses interventions plastiques dans des livres de : Michel Butor, Fabienne Courtade, Régine Detambel, Jean-Claude Hauc, Philippe Lekeuche, René Pons, Christian Prigent, Jean-Pierre Verheggen, Jean-Pierre Chambon
Ses oeuvres sont consultables à la librairie du Carré d’Art, Musée d’Art Contemporain, Nîmes.

Serge, sans toi, fera-t-il beau encore ?

Votre panier

Votre COMPTE

Non connecté

« C’est une émeute, avait dit l’un des hommes. Un soulèvement populaire, avait ajouté l’autre. Les carabiniers du village avaient fini par se décider à venir voir ce qui se passait. Ils avaient aidé les deux hommes à remonter dans leur autocar qui s’était enfui. À Santa Maria di Momentana, les maçons avaient achevé de monter le mur de briques. La Madonna était cloîtrée, hiératique. En bas, trois femmes caressaient l’enfant sous la robe qui frémissait. Le printemps était là en cette année 1944. »
Michaël Glück
L’Enceinte

L’Insu Les Madones du trottoir Tiens bon la rampe Lumière des mains, suivi de L’Incessant tourment d’espérances Dans la présente abjection des mondes Les Explorateurs gLoire(s) Le Chant du destin Dans les jardins mouillés Pour apprendre la paix à nos enfants Profondeur du champ de vol Crobards et mounièques L’Oiseau de nulle part L’Impatience La Mort est en feu Non lieu provisoire Ciel inversé 2 La Ville autour Où qu’on va après ? On disait Une voix pour Orphée Friches Corps antérieur Couleur jardin Le Soleil oiseleur Al dente (de l’amour, du poème et des spaghetti) Course libre Des rêves au fond des fleurs Bavard au cheval mort et compagnie Maélo