Des rêves au fond des fleurs Magali Thuillier

9,00 EUR (8,53 EUR HT)

Des rêves au fond des fleurs, Magali Thuillier, illustrations de Anah Merlet, poèmes, collection « Le Farfadet bleu », 11x19,2 cm, 48 p., 2006, ISBN : 9782840312178

Présentation

Cet ouvrage évoque la vie quotidienne avec des enfants, ce temps morcelé où alternent soins, jeux, joies, déprime et coups de fatigue. La syntaxe bousculée, la disparition de certains articles, les mots qui s’appellent et se lient (soit par leurs sonorités, soit par le champ lexical) ainsi que l’emploi d’expressions enfantines traduisent bien le mouvement, le bruit des journées, les mille choses à faire, les appels des petits, les cris, les pleurs.

La grande justesse de ces poèmes bouleverse. Magali Thuillier dit l’émerveillement mais aussi l’épuisement : (...)

L’écriture et la lecture offrent un ailleurs à la mère de famille, une échappée où se retrouver en dehors de l’univers familial : (...)
- Cécile Thibesard, Terre à ciel, Juillet 2008

Ce livre a été recommandé par l’éducation nationale pour les enfants du 3ème cycle.

Extrait

jours bénis font vibrer rires avec hiver
ici maintenant gris en suspens rires
partagés pour rien pour qui s’y prend
pour rien rire qui surprend maintenant

Votre panier

Votre COMPTE

Non connecté

« Aucun visage ne paraissait jamais aux wagons. Le train bleu n’avait pas de fenêtres.
La glace voilait tout. »
Pierre Cendors
Le Voyageur sans voyage

L’auteur

Le plasticien

La Collection

Un éditeur... Voilà ! Couleur jardin Stabat Mater Toboggans des maisons 33 Voix Pleine lucarne Capitaine des myrtilles Avant les monstres Poèmes poids plume Le Vent du dehors Nuitamment Rire parmi les hirondelles Le Sens du toucher L’Or de l’air Corps antérieur L’Incomparable promenade Colomb, Cortez & Cie Où patiente la lumière Matière du temps 1 Opéré bouffe Entrée en matière Guérir par les mots (poèmes médicaux, médicinaux et pharmaceutiques) L’Ordinaire, la métaphysique L’Insu Carnets des solitudes Quel sangue... Quella piaga... Une guirlande pour Casanova Ciel inversé 2 On disait L’Italien Une cigale dans la tête