Encyclopédie cyclothymique Pierre Peuchmaurd

Publication 2001
23,00 EUR (21,80 EUR HT)

Encyclopédie cyclothymique, Pierre Peuchmaurd, encyclopédie surréaliste, 26 vignettes de Jean-Pierre Paraggio, coll. David, 15x21,5 cm, 272 p., 2001, ISBN : 2.913388.18.3

Présentation

ABSOLU - BAISER - COMME - DORMIR - ÉMEUTE - FESTIN - GÉNIE - HORIZON - IDOLE - JEUNESSE - KALÉIDOSCOPE - LUXE - MAL - NATURE - OMBRE - PEUR - QUELQUEFOIS - RAISON - SILENCE - TRAVAIL - UMOUR - VITE - WESTERN - X - YEUX - ZOO

Vingt-six mots pour dire un sentiment du monde, à travers 1000 citations de 450 auteurs.

À l’origine de cette encyclopédie, exemple d’ « ordre individuel du désordre collectif », selon l’expression de Malcolm de Chazal, il y a un projet de groupe surréaliste au début des années 1970. Pierre Peuchmaurd, l’un des initiateurs, l’a seul mené à bien, trente années durant.

Ni palmarès, ni anthologie, ce livre se présente en définitive comme un jeu solitaire ouvert à tous. Contre la pensée raccourcie, il propose un raccourci de pensée dans un étirement du temps et du songe. Une boussole pour aller nulle part.

Extrait

ÉMEUTE
Émeute (n). Divertissement populaire offert à l’armée par des spectateurs innocents. (Ambrose Bierce)
La fatigue, l’espoir semant des barricades. (Petrus Borel)
La révolution, ce sont les roses qui prennent feu. (Saint-Pol-Roux)
Mes parents ayant quitté le dîner avant la fin et moi étant seul à la fenêtre de la salle à manger, ou plutôt à la fenêtre d’une chambre donnant sur la Grande Rue, je vis une vieille femme qui, tenant à la main ses vieux souliers, criait de toutes ses forces : « Je me révorte ! je me révorte ! » (Stendhal)
Les moments de crise produisent un redoublement de vie chez les hommes (...)le choc du passé et de l’avenir, le mélange des moeurs anciennes et des mœurs nouvelles, forment une combinaison transitoire qui ne laisse pas un moment d’ennui (...) le genre humain en vacances se promène dans la rue. (Chateaubriand)
que chacun sache bien qu’avec un si beau temps
le plus fin des plaisirs est une révolution (Basile Sainte-Croix)

Votre panier

Votre COMPTE

Non connecté

« L’aube était là lorsqu’ils sortirent de la ville. C’était le moment des tristes couleurs dans le ciel. »
Hubert Mingarelli
La Source

L’auteur

Le plasticien

La Collection

Petites proses voyageuses Les Montagnes du soir Opéré bouffe Ciel inversé 2 Mange-Matin Capitaine des myrtilles Solaire Un habitué des courants d’air Fragments du solstice Entre chagrin et néant (audiences d’étrangers) Le Faraud séant Coquerets et coquerelles Un éditeur... Voilà ! La Mort de Woyzeck À la Dublineuse Maélo Des sourires et des pommes Résidences secondaires Quel sangue... Quella piaga... Une guirlande pour Casanova Chroniques d’un promeneur assis Les Madones du trottoir Dans la présente abjection des mondes Un rossignol sur le balcon De purs désastres, édition aggravée Ombres classées sans suite Fragments d’un désastre La Tombe d’un jeu d’enfant En herbe En avant l’enfanfare ! Pays simple