Fragments du solstice Jean-Claude Hauc

Publication 2000
Ouvrage épuisé

Fragments du solstice, Jean-Claude Hauc, récit, 6 dessins de Frédéric Khodja, coll. L'Anthrope, 12x16,5 cm, 32 p., 2000, 7,50€, ISBN : 2.913388.19.1

Présentation

Le journal constitue souvent la part socialement irréductible de l’œuvre d’un écrivain. Le lieu où celui-ci tranche dans la chaîne biologique et s’approche en tremblant de l’origine de sa singularité. La lune du solstice d’été baigne ces fragments d’une lumière de soufre. Les êtres qui les peuplent semblent avoir perdu la raison à l’instant où Mars et Vénus sont entrés en conjonction dans l’infini du ciel.

Les ouvrages de Jean-Claude Hauc peuvent se lire de deux manières. Comme des textes où le plaisir secret transforme la lecture en activité clandestine, où la sensualité crue du verbe appelle le trouble, très loin de l’indigence phantasmatique de l’image. Mais aussi comme des preuves bien tangibles du fait que les vies qui y sont écrites, guidées par l’appel des pulsions, sont à même de nous renseigner, plus que d’autres, sur le miracle toujours renouvelé de l’écriture.

- Frédéric Joly (extrait), in Septimanie, 2003.

Extrait

« Caroline n’a pu s’abstenir de pleurer à la fin du repas, lorsque j’ai brièvement évoqué l’enterrement de ma mère. Sanglots sonores et larmes inondant ses joues roses. Elle paraissait ne plus jamais devoir s’arrêter. J’ai toujours trouvé ridicule ses manifestations de tristesse chaque fois qu’il m’arrive quelque désagrément. Comme si elle voulait absolument partager ma douleur. Se l’approprier et m’en déposséder.
À la fin, j’ai dû la consoler et cela s’est terminé sur le divan du salon. »

Votre panier

Votre COMPTE

Non connecté

« Nietzsche, comme une puissante tape dans le dos ou ce coup de poing sur la tête dont parle Kafka à propos des bons livres »
René Pons
Carnets des solitudes

L’auteur

Le plasticien

La Collection

L’Errance, la dérive, la trace Autobiographie d’un autre L’Ordinaire, la métaphysique Villégiatures & Cie La Close Petites proses voyageuses Une cigale dans la tête La Traversée des grandes eaux Premières poésies (1950-1955) Ne me faites pas dire ce que je n’écris pas Stabat Mater Les Visages et les voix Billet pour le Pays doré Le Bec de la plume La Langue et ses monstres De purs désastres, édition aggravée Le Bruissement des mots Poèmes poids plume L’Ombre nue Al dente (de l’amour, du poème et des spaghetti) La Liesse populaire en France Lumière des mains, suivi de L’Incessant tourment d’espérances Le Vingt-deux octobre Avant les monstres Bavard au cheval mort et compagnie L’Œil tourné L’Etoffe des Corps Le Sens du toucher Banlieue nord La Poignée de porte