Ils Alain Roussel

Publication 2003
7,50 EUR (7,11 EUR HT)

Ils, Alain Roussel, récit, 8 gravures de Florence Barbéris, coll. L'Anthrope, 12x16,5 cm, 32 p., 2003, ISBN : 2.913388.44.2

Présentation

Dans un récit qui pose ses jalons comme des axiomes, à la deuxième personne du pluriel, Alain Roussel insémine l’idée de l’aliénation la plus totale. Les « ils » dont il parle n’ont pas de visage ou les ont tous : c’est ce qui fixe les lois, la morale, la religion, le savoir cartésien. C’est tout ce qui enferme la nature sauvage de chacun dans un système de carcans infranchissables. C’est ce qui bâtit la langue propre à la communication et à elle seule, fixant chaque chose du monde dans un mot comme un insecte qu’on épingle. Ils évoque dont à rebours l’impérieux désir de se libérer de cette aliénation dont on hérite dès la naissance. Ce texte court tient éveillé, pour longtemps.

Extrait

« Dès la naissance, ils vous veulent à eux, vous faire entrer de force dans la civilisation. Ils auront le visage de la mère, du père, du médecin, des voisins. Viens donc petit sauvage que personne ne comprend. On va vous façonner tout ça, donner de l’éducation et du langage. Vous serez bien policé. Vous parlerez le langage de tous et tous vous reconnaîtront comme un des leurs. Plus tard, soyez brillants dans le sens du poil ou à rebrousse, pas trop, et on vous récompensera en argent et en gloire. Et toi alors, derrière ce vous ? Tu continues de crier comme au premier jour, là-bas dans le désert où nul ne t’écoute. »

Votre panier

Votre COMPTE

Non connecté

« Il vaudrait mieux mourir avant d’aimer et d’être aimé, je me dis ça quelquefois. Ce ne serait pas forcément plus facile, mais peut-être un peu, je ne sais pas ? »
Dominique Fabre
Le Perron

L’auteur

Le plasticien

La Collection

Matière du temps 1 Petites proses voyageuses L’Or de l’air Friches Autobiographie d’un autre Fin’ Amor Le Jour se lève encore Dans les jardins mouillés Rien qui porte un nom Un cri Le Taureau, la rose, un poème Des étoiles sur les genoux L’Ordinaire, la métaphysique Mon chat son chien et le cochon du voisin Banlieue nord La Mort est en feu Carnets du jardin de la Madeleine Tectonique des femmes Bavard au cheval mort et compagnie L’Ombre nue Les Choses n’en font qu’à leur tête Le Bel aujourd’hui Ne me faites pas dire ce que je n’écris pas Dans la présente abjection des mondes Le Soleil oiseleur L’Homme traversé La poésie est facile Le Vent du dehors Le Faraud séant Animalimages