L’Enfant sur la branche Luce Guilbaud

9,00 EUR (8,53 EUR HT)

L'Enfant sur la branche, Luce Guilbaud, illustrations de Fanny Millard, poèmes, collection « Le Farfadet bleu », 11x19,2 cm, 48 p., 2008, ISBN : 9782840312338

Présentation

L’adoption d’un enfant dont la mère connaît tous les cris moins un, le premier. Enfant venu pour être aimé, s’il ne choisit pas ses parents, il choisit son arbre à rêves perchés.

Des poèmes sur le thème de l’enfance et des instants heureux partagés... sur l’adoption aussi et le bonheur d’être « adopté » par un enfant. La tristesse et l’espoir alternent au fil des pages. Les paysages de forêts aux arbres symboliques et réels se retrouvent dans les illustrations délicates aux couleurs d’automne.
- Notice du CNLJ-JPL.

Extrait

On bâtit des villes
des châteaux provisoires

des géographies multiples
à déchausser des géants

Votre panier

Votre COMPTE

Non connecté

« Dans trente ans maximum, ce serait l’hospice, car sans femme ni enfants, qui s’occuperait du vieillard libidineux que je serais devenu ? Est-ce que je baverais sur les infirmières ? Allongé dans mon cercueil, est-ce que je banderais encore ? »
Christian Garcin
Circé ou Une agonie d’insecte

L’auteur

Le plasticien

La Collection

Des étoiles sur les genoux On disait Matière du temps 2 En herbe Quel sangue... Quella piaga... Une guirlande pour Casanova Une clarté de passage Rien qui porte un nom La Ville est mosaïque Le Bec de la plume La poésie est facile Une cigale dans la tête C’est des poèmes ? Guérir par les mots (poèmes médicaux, médicinaux et pharmaceutiques) L’Ourlet du ciel Billet pour le Pays doré Vladivostok, aller simple Le Vent du dehors La Ville autour Maintenant la nuit La Traversée des grandes eaux Le Voyageur sans voyage La hulotte n’a pas de culotte Capitaine des myrtilles Petits bonheurs Le Jour se lève encore Des rêves au fond des fleurs Erratiques La Chambre bouleversée La Langue et ses monstres Poèmes poids plume