L’Evolution des paysages Françoise Hàn

Publication 2000
11,00 EUR (10,43 EUR HT)

L'Évolution des paysages, Françoise Hàn, récit, 12 eaux-fortes de Marie Alloy, coll. Marine, 15x21.5 cm, 64 p., 2000, ISBN : 2.913388.14.0

Présentation

[...] Les trente-six textes qui composent ce recueil se présentent comme des proses poétiques (qu’est-ce que cela veut dire exactement) mais ce serait mal connaître le poète que se fier aux apparences. Il s’agit ici d’un véritable poème (c’est-à-dire aussi d’une méditation sur la question, la grande question primordiale) dont l’unité se révèle par la reprise, en début de fragment, sous la même forme ou dans un compromis plus subtil, de la dernière phrase du fragment précédent. [...]
Méditation, ai-je dit, qui se poursuit par la médiation d’un lyrisme contenu, de ce martèlement aussi, et de ce sentiment de nécessité qui fait reconnaître au premier regard l’importance d’une œuvre. [...].

- Jacques Lovichi, Autre Sud, n° 13, 2001

L’évolution des paysages de Françoise Hàn opte à son tour pour une poésie en prose, mais son style est plus abrupt, plus parataxique [...] pour elle, « le manque est pour l’instant notre seule écriture ». Absence, mais conscience « d’un autre espace », d’un « amour » qui en principe peut « sauver », dialectique d’un visible obsédant, rêve à peine osé de « ce qui n’a pas été décrit encore ».

- Michaël Bishop, The French Review, Vol. 75, n° 1, 2001

Extrait

Nos chiffons d’azur déteint, maculés d’encre, travail en cours.

Le choix des outils nous est laissé. L’attaque franche du burin poussant vers la surface déjà recouverte. Creuser ici. Emmêler nos tiges, nos rhizomes, nos feuillages à ces dessins. Découvrir notre tracé, nos points d’attache, nos développements.

Nos zones d’ombre, réserves intactes, citernes de clarté recluse, à la manière noire, patientent.

Votre panier

Votre COMPTE

Non connecté

« La porte s’ouvre, un cardinal et un mannequin l’effleurent. Le coude de la jeune fille laisse une traînée de poudre sur sa manche renardée, c’est dimanche et pourtant les anges vomissent des arcs-en-ciel. Elle s’engouffre, presse le bouton 4. La porte s’ouvre, le silence l’affleure. »
Chloé Delaume
Sillages (Suite 411)

L’auteur

Le plasticien

La Collection

L’Appétit de Don Juan C’est papa qui conduit le train L’Enceinte Triptike Un cri Les Macchabs vites On disait Lettre d’Afrique à une jeune fille morte Couleur jardin En toutes circonstances Le Bel aujourd’hui L’Ombre nue Le Loir atlantique Stabat Mater Le Congrès d’automne Dits d’elle Si petits les oiseaux Poèmes poids plume L’Ordinaire, la métaphysique La Traversée des grandes eaux L’Imaginaire & Matières du seuil Le Pôle magnétique La Langue au chat Des garous et des loups Variations sur des carnets Premières poésies (1950-1955) Opéré bouffe L’Evolution des paysages En herbe Bavard au cheval mort et compagnie