L’Insu Guy Benoît

Publication 1991
9,50 EUR (9,00 EUR HT)

L'Insu, Guy Benoît, poèmes, 9 encres de Jacques Vimard, coll. Marine, 15x21.5 cm, 48 p., 1991, ISBN : 2.905910.26.7

Présentation

C’est à une poésie de l’arrachement que donne souffle L’Insu. Les vers, rares, griffent de leurs traces la surface plane de la page. Dans la déchirure qu’ils font, s’ouvre au creux du silence une expérience intime proche de la métaphysique. Celui dont on parle et qui parle aussi peut-être doit se sortir d’une glaciation des souvenirs, des pensées, de l’être : « l’esprit bloqué à l’indicatif passé, dans un labyrinthe de saisons froides, de sang caillé, de rétractions implacables ». La prose ici, vient soumettre les mots du poème à son impérieuse nécessité. On comprend alors que les vers se sont raréfiés comme l’air des profondeurs ou de l’altitude. Nommer, c’est respirer, difficilement, mais respirer encore et donner alors toutes ses chances à une vie où l’exaltation serait possible « jusqu’aux fastes de l’air. »
Face à cette poésie retenue, les encres de Jacques Vimard déploient leurs tensions dans une géographie de noirs et blancs qui sollicitent autant la contemplation que l’introspection. Et le livre alors offre plus d’un voyage intérieur à son lecteur.

Votre panier

Votre COMPTE

Non connecté

« Dans trente ans maximum, ce serait l’hospice, car sans femme ni enfants, qui s’occuperait du vieillard libidineux que je serais devenu ? Est-ce que je baverais sur les infirmières ? Allongé dans mon cercueil, est-ce que je banderais encore ? »
Christian Garcin
Circé ou Une agonie d’insecte

L’auteur

Le plasticien

La Collection

Encyclopédie cyclothymique En toutes circonstances L’Enfance est mon pays natal Les Chiens du vent Tiens bon la rampe Presque le bonheur La Ville est mosaïque Maintenant la nuit Ciel inversé 1 Fragments du solstice Avec des ailes Toboggans des maisons L’Or de l’air Les Madones du trottoir L’Errance, la dérive, la trace Ciel inversé 2 Pays simple Un éditeur... Voilà ! Le Réel Musée de l’os et de l’eau Nuitamment Une clarté de passage Poèmes et lettres d’amour Prière d’insérer suivi de Cote d’alerte C’est papa qui conduit le train Ouverture du cri Mobilis in mobilier Un habitué des courants d’air Les Macchabs vites Les Eaux noires