L’Insu Guy Benoît

Publication 1991
9,50 EUR (9,00 EUR HT)

L'Insu, Guy Benoît, poèmes, 9 encres de Jacques Vimard, coll. Marine, 15x21.5 cm, 48 p., 1991, ISBN : 2.905910.26.7

Présentation

C’est à une poésie de l’arrachement que donne souffle L’Insu. Les vers, rares, griffent de leurs traces la surface plane de la page. Dans la déchirure qu’ils font, s’ouvre au creux du silence une expérience intime proche de la métaphysique. Celui dont on parle et qui parle aussi peut-être doit se sortir d’une glaciation des souvenirs, des pensées, de l’être : « l’esprit bloqué à l’indicatif passé, dans un labyrinthe de saisons froides, de sang caillé, de rétractions implacables ». La prose ici, vient soumettre les mots du poème à son impérieuse nécessité. On comprend alors que les vers se sont raréfiés comme l’air des profondeurs ou de l’altitude. Nommer, c’est respirer, difficilement, mais respirer encore et donner alors toutes ses chances à une vie où l’exaltation serait possible « jusqu’aux fastes de l’air. »
Face à cette poésie retenue, les encres de Jacques Vimard déploient leurs tensions dans une géographie de noirs et blancs qui sollicitent autant la contemplation que l’introspection. Et le livre alors offre plus d’un voyage intérieur à son lecteur.

Votre panier

Votre COMPTE

Non connecté

« J’étais nu près de Deborah nue, nos moiteurs s’évitaient à présent, nous souriions vaguement et parallèlement à un ventilateur harassé qui grinçait au plafond. Il y avait une douceur extrême à ne plus se sentir beaux ni désirés. Nous n’avons pas dormi, je pense. Quoique le dos collé au drap, nous avons flotté sous d’invisibles palmes. »
François Salvaing
De purs désastres, édition aggravée

L’auteur

Le plasticien

La Collection

L’Errance, la dérive, la trace La Source Crobards et mounièques L’Impossible Manque Les Macchabs vites Encyclopédie cyclothymique L’Etoffe des Corps Marie-Gasparine Pour mon ours blanc Les Visages et les voix Carnets respiratoires Goutte d’eau Toboggans des maisons Bavard au cheval mort et compagnie Les Eaux noires Petites proses voyageuses L’Œil tourné Prière d’insérer suivi de Cote d’alerte L’Ombre nue Casanova et la belle Montpelliéraine Résidences secondaires Le Faraud séant Fin’ Amor Coquerets et coquerelles Des sourires et des pommes Dans les jardins mouillés La Mort est en feu Cheminement vers le rien Zoophile contant fleurette La Mort de Woyzeck