L’Ordinaire, la métaphysique Alain Roussel

Publication 1996
7,50 EUR (7,11 EUR HT)

L'Ordinaire, la métaphysique, Alain Roussel, récit, 8 dessins d'Yvon Guillou, coll. L'Anthrope, 12x16.5 cm, 32 p., 1996, ISBN : 2.905910.78.x

Présentation

À la mode de Francis Ponge, Alain Roussel propose ici une série de textes très courts autour de la « chaise », « la table », « la porte », « la fenêtre », « les murs », « le plancher et le plafond », « la tête », « le trottoir », « la ville », « le pied », « le chemin », « l’arbre », « la neige », « le reflet », « la main », « la lumière, la nuit », « l’oiseau, la terre, le ciel ». Une série qui se termine par : « l’homme ». Textes courts mais qui s’ouvrent comme le ruban de Möbius sur une interrogation poétique et parfois amusée : « La table est toujours au centre. Même dans un coin, elle est au centre. ». On suit les méandres d’une pensée qui sait faire, subtilement, des sauts périlleux et métaphysiques, qui remet de l’inattendu dans l’ordinaire : « L’oiseau voudrait ressembler au ciel mais n’y arrive pas. Quelles que soient l’ampleur et l’aisance de son vol, c’est la terre qui lui a forgé les ailes, qui lui a construit le corps, et c’est à elle qu’il appartient. »
Dans son petit format de la collection L’Anthrope, L’Ordinaire, la métaphysique joue ainsi le rôle du vade-mecum qui ouvre l’horizon du quotidien. Un délice...

Extrait

« Celui qui cherche le sens et à ficeler le monde, c’est l’homme. Par sa forme verticale et somme toute étroite, il aurait pu rester un simple point d’exclamation dans la phrase interminable qui a commencé dès sa naissance. Mais l’oreille est là, de chaque côté du visage, à poser l’interrogation qui, sans elle, resterait en suspens dans les yeux. Alors, le regard s’envole vers la réponse. »

Votre panier

Votre COMPTE

Non connecté

« Dans trente ans maximum, ce serait l’hospice, car sans femme ni enfants, qui s’occuperait du vieillard libidineux que je serais devenu ? Est-ce que je baverais sur les infirmières ? Allongé dans mon cercueil, est-ce que je banderais encore ? »
Christian Garcin
Circé ou Une agonie d’insecte

L’auteur

Le plasticien

La Collection

Stabat Mater Une voix pour Orphée Le Chant du destin La Halte belge Quel sangue... Quella piaga... Une guirlande pour Casanova La Nuit du libertin Bavard au cheval mort et compagnie La Tombe d’un jeu d’enfant Le Vingt-deux octobre L’Insu Marie-Gasparine Tombeau de Joseph-Ferdinand Cheval, facteur à Hauterives L’Etoffe des Corps Chambre de feuilles L’Alimentation générale de Tombouctou Mange-Matin Zoophile contant fleurette Le Soleil oiseleur La Ville autour La Mort de Woyzeck Les Macchabs vites Chroniques d’un promeneur assis Des sourires et des pommes Les Montagnes du soir Carnets respiratoires L’Evolution des paysages Chair de Sienne La Langue et ses monstres L’Incomparable promenade La Langue au chat