L’Ourlet du ciel Jean-Marie de Crozals

Publication 1999
21,00 EUR (19,91 EUR HT)

L'Ourlet du ciel, Jean-Marie de Crozals, poèmes, 10 goudrons de Daphné Brottet, coll. David, 15x21.5 cm, 168 p., 1999, ISBN : 2.913388.06.X

Présentation

L’Ourlet du ciel : là où les lèvres du monde - terre et ciel - se rejoignent, baisent l’espace temps d’une parole qui doucement s’ouvre à nous à l’intérieur de toi, ainsi disparaissant pour être, dans la forge du soufle, abandonnés à la Beauté sans appui, humus céleste, bleu incarné dans la distance des pieds à la tête ; le vent dehors coulé dans la langue, mains jointes à l’infini.

Extrait

Maintenant
En ce lieu de nulle part
Lit de notre Jouissance
Tu es nue et une
Née du Présent et de l’Amour infini
Retournant au même
L’Amour merveilleux de notre jaillissement
Immobile
Naît à l’unité et à la nudité de notre Abandon
Ainsi
En sa limpidité détachée
L’Amour au Monde
Ni vivant ni mort
Ne demande plus rien au Monde
Ni à quoi que ce soit
Ni à qui que ce soit
Tout s’accomplissant
À la perfection
Dans le dénuement de la Lumière

Votre panier

Votre COMPTE

Non connecté

« (…)
chroniques de l’homme
à la pomme et au canif
content d’avoir pelé bien rond. »
Werner Lambersy
Chroniques d’un promeneur assis

Le plasticien

La Collection

Vladivostok, aller simple Les Macchabs vites Rien qui porte un nom La Traversée des grandes eaux Le Barillet : variations dramatiques T2 Matière du temps 1 Chambre de feuilles Profondeur du champ de vol Bavard au cheval mort et compagnie 33 Voix Le Chat Le Congrès d’automne Pays simple C’est l’Eté Poèmes poids plume Trois anciens poèmes mis ensemble pour lui redire je t’aime Des étoiles sur les genoux Les Choses n’en font qu’à leur tête Des rêves au fond des fleurs Non lieu provisoire Où qu’on va après ? Cheminement vers le rien Chants de la tombée des jours En avant l’enfanfare ! Le Soleil oiseleur Mobilis in mobilier Autobiographie d’un autre La Couleur tensive Stabat Mater Les Madones du trottoir