La Belle vitesse Ariane Dreyfus

7,50 EUR (7,11 EUR HT)

La Belle vitesse, Ariane Dreyfus, illustrations de Valérie Linder, poèmes, collection « Le Farfadet bleu », 11x19,2 cm, 56 p., 2002, ISBN : 9782840311324

Présentation

« Ce livre, je l’ai voulu traversé par la vitesse des enfants qui grandissent, l’enfance ne peut pas rester, les enfants sont toujours en train de disparaître.
Ainsi la poésie est-elle ce lieu où on peut appuyer sa tête un moment, son front en plein cœur de l’absence.
En veillant à ne pas serrer trop fort ceux qui comptent, que le poème reçoive aussi la fine vibration d’un visage unique. Qu’il contienne, hisse nos trésors jusqu’à l’inoubliable mais qu’il ne paralyse pas la vie : maintenir l’équilibre entre un dire aussi direct que la nudité, ce qui est le plus beau quand on y parvient, comme peau contre peau, et on ne pense à rien, tout est là, et ce besoin de la forme, qui apaise, éclaire, transmet. »

Extrait

Certains matins, ils pépient
plus que des oiseaux :
la nuit n’ose plus rien dire
alors nous ouvrons les yeux

les branches étaient
des chambres

Votre panier

Votre COMPTE

Non connecté

« J’étais nu près de Deborah nue, nos moiteurs s’évitaient à présent, nous souriions vaguement et parallèlement à un ventilateur harassé qui grinçait au plafond. Il y avait une douceur extrême à ne plus se sentir beaux ni désirés. Nous n’avons pas dormi, je pense. Quoique le dos collé au drap, nous avons flotté sous d’invisibles palmes. »
François Salvaing
De purs désastres, édition aggravée

L’auteur

Le plasticien

La Collection

Lettre d’Afrique à une jeune fille morte Le Vent du dehors Le Bel aujourd’hui 33 Voix La Liesse populaire en France Un cri La Langue et ses monstres Ils Un alibi de rêve Crobards et mounièques Carnets du graphomane L’Existence poétique Entre chagrin et néant (audiences d’étrangers) Trois anciens poèmes mis ensemble pour lui redire je t’aime On disait La Belle vitesse L’Enfance est mon pays natal La Couleur tensive L’Or de l’air Entrée en matière Le Vingt-deux octobre Bavard au cheval mort et compagnie Quel sangue... Quella piaga... Une guirlande pour Casanova Le Perron Fragments du solstice Carnets du jardin de la Madeleine Goutte d’eau Fidèles félidés Le Sens du toucher Dans le vent du chemin