La Guerre entre les arbres Jacques Abeille

Publication 1997
7,50 EUR (7,11 EUR HT)

La Guerre entre les arbres, Jacques Abeille, proses et poèmes, 5 encres de Jean-Gilles Badaire, coll. L'Anthrope, 12x16.5 cm, 32 p., 1997, ISBN : 2.905910.84.4

Présentation

C’est à des noces de chair que nous convient ces poèmes qu’une prose introduit. Un homme passe une nuit dans un sous-bois « où l’avait poussé la faim ». Une faim sensuelle à laquelle un désir impétueux sert les images d’un accouplement fantasmé, entre celle qu’il aime et lui, dans l’écho organique de la nature. Jacques Abeille excelle à dresser au vif du poème les images crues de l’amour. Ses vers mêlent en un seul chant le corps aimé et les formes que le vent donne aux branches, que la terre donne aux racines. Les peintures de Jean-Gilles Badaire, dans l’obscur du noir et blanc, déclinent l’analogie des formes végétales avec le sexe féminin. Un joli livre à offrir pour dire ce qu’est l’amour quand le désir l’habite.

Quand, dans l’avertissement de son livre La Guerre entre les arbres, Jacques Abeille, tellement saisi par les paysages envahis par la végétation (luxuriante, luxurieuse, si évidemment anthropomorphe - nodosité ici, tige là), évoque le sous-bois, sans doute ne dit-il pas autre chose que la poésie « n’est pas un lieu de paix mais un champ de bataille dévasté où la cruauté se fait d’autant plus âpre que silencieuse, lente, constante ».
- « Approcher l’œuvre de Jacques Abeille, dit aussi Léo Barthe », Bernard Bretonnière, avril 2011, Maison de la poésie de Nantes. Pour lire le texte intégral sur le site des éditions de l’atelier In8 cliquez ici.

Votre panier

Votre COMPTE

Non connecté

« Ce pourrait être là.
Ce lieu où un regard, peut-être, suffirait pour étreindre, un instant, l’éblouissante lumière de l’attente. »
Jean-Pierre Spilmont
Lumière des mains

L’auteur

Le plasticien

La Collection

Une cigale dans la tête Presque le bonheur L’Errance, la dérive, la trace Chroniques d’un promeneur assis L’Oiseau de nulle part Friches La Traversée des grandes eaux Corps antérieur Le Jour se lève encore Toboggans des maisons Où patiente la lumière Bavard au cheval mort et compagnie Le Chat Billet pour le Pays doré Les Macchabs vites Fragments d’une ville fantôme La Couleur tensive Quatre écoutes du tonnerre Ouverture du cri Le Vingt-deux octobre Lavoir de toutes les couleurs Avant les monstres Fin’ Amor Carnets des solitudes Parfois La Belle vitesse Carnets du graphomane La Toile de la foraine - Lyon : portrait Trois anciens poèmes mis ensemble pour lui redire je t’aime Rire parmi les hirondelles