Le Réel Jean-Pierre Bobillot

Publication 1996
11,00 EUR (10,43 EUR HT)

Le Réel, Jean-Pierre Bobillot, poèmes, 9 encres de Jacques Taris, coll. David, 15x21.5 cm, 64 p., 1996, ISBN : 2.905910.64X

Présentation

aujourd’hui, en France, à Paris.

poète le

de simples lecteurs confortablement assis

& de manière spectaculaire, pour le second

toujours affamé qui viendrait pourtant -

étudier la poésie moderne, telle qu’elle

VIENT DE PARAÎTRE

des portraits de Mao brandis par

des philosophes, des savants,

des festants.

lucidité, faute de quoi la philosophie

niquer. Et voilà que, si l’on n’y

L’odeur commence à y être forte

au réel.

poète le sait bien, mais il voudrait pou-

mais la révolution n’a pas eu lieu, le

réel.

VIENT DE PARAÎTRE

Ce roman, qui a été écrit parallèle-

roman ne compte guère dans une

dans laquelle tout un chacun écrit des

des commentaires parfaitement fantai-

&un raffinement verbal inégalés.

Pendant longtemps, après la

PROGRÈS NE RAPPORTE QUE S’IL EST INFLIGÉ À TOUS

L’une des raisons en est

poète le sait bien, mais

Extrait

30.12.91
Beyrouth est partout. Meilleurs voeux. La femme de ma vie. La femme de l’année. La femme du jour. La femme de l’instant. Miss moi. Meilleurs voeux. La flamme olympique est de participer. Choux-fleurs de Brest à Brest-Litovsk. Pour Stalingrad, changez à Tchernobyl. Pour Wall Street, changez à Koweit City. Pour Moscou, changez à Moscou. Meilleurs voeux. La flamme de ma vie. La femme olympique. Cache ces jambes, qu’Allah ne saurait voir.L’essentiel est de retour. Aujourd’hui, Miss France est intelligente, dit Miss France. Meilleurs voeux. Le sexe olympique. Extincteur pour retour de flamme. Reflets d’amour. Reflet de la femme tremblante. Reflets tremblants de la femme. Reflets de la femme de ma vie dans les eaux plombées de la petite Néva. Reflets de la femme de ma vie tremblante. Meilleurs voeux. Je suis refait. Je suis partout. Moi, Raskolnikov.

Votre panier

Votre COMPTE

Non connecté

« J’étais nu près de Deborah nue, nos moiteurs s’évitaient à présent, nous souriions vaguement et parallèlement à un ventilateur harassé qui grinçait au plafond. Il y avait une douceur extrême à ne plus se sentir beaux ni désirés. Nous n’avons pas dormi, je pense. Quoique le dos collé au drap, nous avons flotté sous d’invisibles palmes. »
François Salvaing
De purs désastres, édition aggravée

Le plasticien

La Collection

Le Vent du dehors Le Barillet : variations dramatiques T2 L’Italien Le Chant du destin La Mort de Woyzeck Poèmes poids plume Faire des études pour être mendiant Avant les monstres Le Congrès d’automne Chants de la tombée des jours Mi-ville mi-raisin Fin’ Amor L’Ourlet du ciel Le Réel Guérir par les mots (poèmes médicaux, médicinaux et pharmaceutiques) Le Loir atlantique Coquerets et coquerelles L’Evolution des paysages Variations sur des carnets L’Appétit de Don Juan Avec des ailes La Belle vitesse Valleuse L’Or de l’air Le Pôle magnétique Si petits les oiseaux L’Insu La Mort est en feu Quatre écoutes du tonnerre Tiens bon la rampe