Le Taureau, la rose, un poème James Sacré

Publication 1990
9,50 EUR (9,00 EUR HT)

Le Taureau, la rose, un poème, James Sacré, poème, 13 pierres noires de Denise Guilbert, coll. Marine, 15x22 cm, 40p., 1990, ISBN : 2.905910.13.5

Présentation

Où on retrouve le fameux boitement du vers et de la syntaxe, les singuliers mots-béquilles sur lesquels le lecteur comme l’auteur s’appuient pour avancer dans le poème, la simplicité presque archaïque des scènes, qui rapprochent encore le poète de celui qui le lit...

Le taureau dessine / Un geste précis / Et rouge assassine / Le monde et midi.

Où on retrouve aussi les influences poétiques médiévales et orientales, chères à l’auteur nomade...

La mise en page, complice du déhanchement de la langue, rend très fidèlement la singularité du style, dans un va-et-vient très souple de la forme à l’informe.

Extrait

Avec sa fesse en feu souple en soie la femme
Son visage en linges doux avec ses dentelles
Son foin les odeurs sa fouine tiède elle
Travaille à des treillis miraculeux des trames

Votre panier

Votre COMPTE

Non connecté

« Dans trente ans maximum, ce serait l’hospice, car sans femme ni enfants, qui s’occuperait du vieillard libidineux que je serais devenu ? Est-ce que je baverais sur les infirmières ? Allongé dans mon cercueil, est-ce que je banderais encore ? »
Christian Garcin
Circé ou Une agonie d’insecte

L’auteur

Le plasticien

La Collection

L’Enfance est mon pays natal La Ville autour Dans le vent du chemin Stabat Mater Ciel inversé 2 Le Faraud séant Chroniques d’un promeneur assis Dans la présente abjection des mondes L’Or de l’air L’Appétit de Don Juan La Poignée de porte Un habitué des courants d’air Insensément ton corps Tiens bon la rampe Encyclopédie cyclothymique En toutes circonstances Dits d’elle La Mort est en feu Les Montagnes du soir La Langue et ses monstres Dans les jardins mouillés Ciel inversé 1 Un rossignol sur le balcon Matière du temps 1 C’est papa qui conduit le train Le Sentiment de la nature Mobilis in mobilier Journal de l’homme arrêté Ouverture du cri L’Ombre nue