Le Taureau, la rose, un poème James Sacré

Publication 1990
9,50 EUR (9,00 EUR HT)

Le Taureau, la rose, un poème, James Sacré, poème, 13 pierres noires de Denise Guilbert, coll. Marine, 15x22 cm, 40p., 1990, ISBN : 2.905910.13.5

Présentation

Où on retrouve le fameux boitement du vers et de la syntaxe, les singuliers mots-béquilles sur lesquels le lecteur comme l’auteur s’appuient pour avancer dans le poème, la simplicité presque archaïque des scènes, qui rapprochent encore le poète de celui qui le lit...

Le taureau dessine / Un geste précis / Et rouge assassine / Le monde et midi.

Où on retrouve aussi les influences poétiques médiévales et orientales, chères à l’auteur nomade...

La mise en page, complice du déhanchement de la langue, rend très fidèlement la singularité du style, dans un va-et-vient très souple de la forme à l’informe.

Extrait

Avec sa fesse en feu souple en soie la femme
Son visage en linges doux avec ses dentelles
Son foin les odeurs sa fouine tiède elle
Travaille à des treillis miraculeux des trames

Votre panier

Votre COMPTE

Non connecté

« Ce n’est pas moi qui risquait de la combler jusqu’à la faire exister. Je préfère me tenir sur le seuil, caresser les corps plutôt que les posséder. »
Jean-Claude Hauc
L’indifférent

L’auteur

Le plasticien

La Collection

Labyrinthe Lumière des mains, suivi de L’Incessant tourment d’espérances Si petits les oiseaux Ombres classées sans suite Al dente (de l’amour, du poème et des spaghetti) 33 Voix Insensément ton corps Mon chat son chien et le cochon du voisin Les Montagnes du soir Où qu’on va après ? La Langue au chat Villégiatures & Cie La Tombe d’un jeu d’enfant Musée de l’os et de l’eau L’Incomparable promenade Parfois Course libre Maélo Tombeau de Joseph-Ferdinand Cheval, facteur à Hauterives Opéré bouffe Valleuse Variations sur des carnets L’Ombre nue La Langue et ses monstres gLoire(s) La Ville est mosaïque Petit Traité d’éducation lubrique (édition 2010) Résidences secondaires Bavard au cheval mort et compagnie Le Vent du dehors