Le Taureau, la rose, un poème James Sacré

Publication 1990
9,50 EUR (9,00 EUR HT)

Le Taureau, la rose, un poème, James Sacré, poème, 13 pierres noires de Denise Guilbert, coll. Marine, 15x22 cm, 40p., 1990, ISBN : 2.905910.13.5

Présentation

Où on retrouve le fameux boitement du vers et de la syntaxe, les singuliers mots-béquilles sur lesquels le lecteur comme l’auteur s’appuient pour avancer dans le poème, la simplicité presque archaïque des scènes, qui rapprochent encore le poète de celui qui le lit...

Le taureau dessine / Un geste précis / Et rouge assassine / Le monde et midi.

Où on retrouve aussi les influences poétiques médiévales et orientales, chères à l’auteur nomade...

La mise en page, complice du déhanchement de la langue, rend très fidèlement la singularité du style, dans un va-et-vient très souple de la forme à l’informe.

Extrait

Avec sa fesse en feu souple en soie la femme
Son visage en linges doux avec ses dentelles
Son foin les odeurs sa fouine tiède elle
Travaille à des treillis miraculeux des trames

Votre panier

Votre COMPTE

Non connecté

« Il vaudrait mieux mourir avant d’aimer et d’être aimé, je me dis ça quelquefois. Ce ne serait pas forcément plus facile, mais peut-être un peu, je ne sais pas ? »
Dominique Fabre
Le Perron

L’auteur

Le plasticien

La Collection

La Nuit du libertin Ouverture du cri À la Dublineuse Solaire Labyrinthe Le Chant du destin Chambre de feuilles L’Indifférent La Langue au chat Le Congrès d’automne Rien qu’une ombre inventée Maélo Trois anciens poèmes mis ensemble pour lui redire je t’aime Petites proses voyageuses La Halte belge Carnets du graphomane Les Visages et les voix Une clarté de passage Sillages Pays simple L’Œil tourné 33 Voix Un alibi de rêve La poésie est facile Ombres classées sans suite Insensément ton corps L’Errance, la dérive, la trace La Langue et ses monstres Tombeau de Joseph-Ferdinand Cheval, facteur à Hauterives Variations sur des carnets