Les Madones du trottoir Sylvain Fourcassié

Publication 8 septembre 2010
12,00 EUR (11,37 EUR HT)

Les Madones du trottoir, Sylvain Fourcassié, préface de Lydie Salvayre, illustrations de Aiham Dib, nouvelle, collection « Texte au carré », 14x14 cm, 76 p., 2010, ISBN : 978-2-913388-73-4

Présentation

Sylvain Fourcassié évoque le parcours, brutalement interrompu, de trois adolescents des années 70. Son écriture pure de tout sens civique, tendre et fraternelle, réanime l’époque des excès, de la candeur, des audaces joyeuses et des désirs inassouvis.

Avoir dix-huit ans en 68, loin du Quartier latin, à la frontière pascalienne de l’en-deçà et de l’au-delà, dans une petite ville des Pyrénées. L’Histoire n’est pas passée par-là. Dans les huit textes courts qui composent Les Madones du trottoir, l’auteur trace le portrait d’une époque, celle de jeunes gens qui découvrent le plaisir interdit des premières Stuyvesant, carburent à la bière jusqu’à tourner de l’œil, préfèrent les arrière-salles des bars aux après-midi dansantes fréquentées par les fils de notaires, et trouvent de la joie à s’affronter aux gens de l’ordre...

Présenté dans la collection « Texte au carré » : une nouvelle, une préface par un autre écrivain, une couverture entièrement illustrée.

Extrait

Mes suicidés étaient ces trois-là, trois amis des confins, dans un Far West campagnard. Ils n’avaient pas supporté que leur jeunesse les lâche. D’autres, plus nombreux, optèrent pour une voie lente, mais c’est une autre histoire.

Votre panier

Votre COMPTE

Non connecté

« On disait
que c’était avant la buée sur les vitres,
que c’était avant la neige sur les trottoirs,
que c’était avant les crêpes qu’on enroule
et avant les histoires du soir. »
Pascal Leclercq
On disait

Le plasticien

La Collection

Un alibi de rêve Ne me faites pas dire ce que je n’écris pas L’Enfance est mon pays natal Chambre de feuilles Une clarté de passage Billet pour le Pays doré L’Alimentation générale de Tombouctou L’Imaginaire & Matières du seuil Poèmes et lettres d’amour Matière du temps 2 Pour mon ours blanc Le Loir atlantique Tombeau de Joseph-Ferdinand Cheval, facteur à Hauterives On disait Dans le vent du chemin Banlieue nord Le Bruissement des mots Opéré bouffe L’Existence poétique La Couleur tensive Couleur jardin Lavoir de toutes les couleurs Le Congrès d’automne C’est papa qui conduit le train Le Voyageur sans voyage Stabat Mater Le Soleil oiseleur L’Absent Arènes 42 Carnets des solitudes