Les Madones du trottoir Sylvain Fourcassié

Publication 8 septembre 2010
12,00 EUR (11,37 EUR HT)

Les Madones du trottoir, Sylvain Fourcassié, préface de Lydie Salvayre, illustrations de Aiham Dib, nouvelle, collection « Texte au carré », 14x14 cm, 76 p., 2010, ISBN : 978-2-913388-73-4

Présentation

Sylvain Fourcassié évoque le parcours, brutalement interrompu, de trois adolescents des années 70. Son écriture pure de tout sens civique, tendre et fraternelle, réanime l’époque des excès, de la candeur, des audaces joyeuses et des désirs inassouvis.

Avoir dix-huit ans en 68, loin du Quartier latin, à la frontière pascalienne de l’en-deçà et de l’au-delà, dans une petite ville des Pyrénées. L’Histoire n’est pas passée par-là. Dans les huit textes courts qui composent Les Madones du trottoir, l’auteur trace le portrait d’une époque, celle de jeunes gens qui découvrent le plaisir interdit des premières Stuyvesant, carburent à la bière jusqu’à tourner de l’œil, préfèrent les arrière-salles des bars aux après-midi dansantes fréquentées par les fils de notaires, et trouvent de la joie à s’affronter aux gens de l’ordre...

Présenté dans la collection « Texte au carré » : une nouvelle, une préface par un autre écrivain, une couverture entièrement illustrée.

Extrait

Mes suicidés étaient ces trois-là, trois amis des confins, dans un Far West campagnard. Ils n’avaient pas supporté que leur jeunesse les lâche. D’autres, plus nombreux, optèrent pour une voie lente, mais c’est une autre histoire.

Votre panier

Votre COMPTE

Non connecté

« Ce que nous entendions par ’peinture’ il y a peu de temps encore n’occupe plus aujourd’hui qu’une place infime dans le territoire de tout ce qui revendique ce nom. »
Christian Prigent
Le Sens du toucher

Le plasticien

La Collection

Tectonique des femmes La Ville autour La Nuit du libertin Circé ou Une agonie d’insecte En toutes circonstances Nuitamment Goutte d’eau Résidences secondaires L’Enfant sur la branche L’Errance, la dérive, la trace Chants de la tombée des jours La Mort de Woyzeck Rien qu’une ombre inventée Rien qui porte un nom Ne me faites pas dire ce que je n’écris pas Petits bonheurs Le Taureau, la rose, un poème Dans les jardins mouillés Trois anciens poèmes mis ensemble pour lui redire je t’aime Les Chiens du vent Matière du temps 2 Un alibi de rêve Ouverture du cri Le Voyageur sans voyage Mobilis in mobilier Un oursin L’Impatience Carnets du jardin de la Madeleine La Langue et ses monstres Corps antérieur