Matière du temps 1 Lionel Bourg

Publication 1996
15,50 EUR (14,69 EUR HT)

Matière du temps 1, Lionel Bourg, essais, tome 1, coll. David, 15x21.5 cm, 144 p., 1996, ISBN : 2.905910.67.4

Présentation

Écrivant au fil des jours ces fragments dont l’ensemble forme une façon de journal, ces poèmes aussi, ou ces notes, ces articles, ces proses d’humeur comme de vrai plaisir, c’est bien la même densité, la même épaisseur du temps que Lionel Bourg ne cesse d’interpréter, ou de sonder, de transfigurer peut-être, de sorte que cette matière à a fois gluante et brumeuse, charnelle presque, obsédante en tout cas, devient dès lors que la durée s’y délivre en langage l’objet autant que la raison de ses livres. Matière du temps, donc, ici plus éprouvée, plus reconnue, plus acceptée sans doute qu’en d’autres circonstances, qui nous retient et souvent nous exige pour, page après page, dans nos propres vies subvertir l’inertie fatidique où nous broie le néant...

Extrait

L’insupportable et parfois confondante beauté des visages... Ils sont vides, parfois taraudés de lèpres indéfinissables, terrifiants de s’ouvrir par ces sexes sous la paupière malades, cette bouche, ces narines, ces antres qui bavent de la vision ou reniflent des songes. Dans la rue, je crains de les croiser - je me dérobe, baisse la tête, me comporte comme le ferait n’importe quel coupable : la rougeur sur mes joues trahit la faute imprescriptible qui pèse sur ma conscience...

Votre panier

Votre COMPTE

Non connecté

« les persiennes déplient un air d’accordéon dans l’éventail des jours
danser les matins de réveillon demeure accessoire »
Amandine Marembert
Toboggans des maisons

L’auteur

La Collection

Ne me faites pas dire ce que je n’écris pas Marie-Gasparine L’Indifférent La Ville est mosaïque Corps antérieur Fragments d’un désastre La Poignée de porte La Toile de la foraine - Lyon : portrait Le Loir atlantique Le Vent du dehors Cheminement vers le rien Chroniques d’un promeneur assis Tombeau de Joseph-Ferdinand Cheval, facteur à Hauterives Crobards et mounièques La Halte belge La poésie est facile Premières poésies (1950-1955) Vladivostok, aller simple Une voix pour Orphée Les Madones du trottoir Une cigale dans la tête Erratiques L’Errance, la dérive, la trace Mon chat son chien et le cochon du voisin Les Explorateurs Presque le bonheur Goutte d’eau Les Chiens du vent Le Bel aujourd’hui Encre