Mon chat son chien et le cochon du voisin Clod’Aria

Ouvrage épuisé

Mon chat son chien et le cochon du voisin, Clod'Aria, illustrations de Jean-Louis Pérou, poèmes, collection « Le Farfadet bleu », 11x19,2 cm, 48 p., 1998, 7.50€, ISBN : 9782840310617

Présentation

Clod’Aria ne compte plus les chats qu’elle a accueillis, les
siens et ceux de passage. Ils sont les héros de ce petit
livre : ceux qu’on « embrasse à défaut d’autre chose », « les
galeux, les croûteux, les sans maître » , les chats disparus
qui « miaulent dans (sa) tête » ... II y a aussi le chien de
Monsieur qui squatte « le meilleur fauteuil » ; et puis, le
cochon que le boucher est venu tuer chez le voisin. Un petit
monde souvent souriant et truculent, mais aussi parfois
tragique et violent qui ressemble fort à celui des humains.
Dans des poèmes dégraissés au plus près, Clod’Aria sait
trouver les mots pour dire la tendresse et l’amour, et ceux
pour s’insurger contre la bêtise et l’ignorance qui excluent
ou qui tuent.

Votre panier

Votre COMPTE

Non connecté

« Ce n’est pas moi qui risquait de la combler jusqu’à la faire exister. Je préfère me tenir sur le seuil, caresser les corps plutôt que les posséder. »
Jean-Claude Hauc
L’indifférent

L’auteur

Le plasticien

La Collection

Fin’ Amor Vladivostok, aller simple Tombeau de Joseph-Ferdinand Cheval, facteur à Hauterives De purs désastres, édition aggravée Chair de Sienne Labyrinthe La Peur et son éclat Carnets du jardin de la Madeleine Circé ou Une agonie d’insecte Chambre de feuilles Où patiente la lumière Avant les monstres Poèmes et lettres d’amour Toboggans des maisons Stilb suivi de Iréniques Tiens bon la rampe Le Loir atlantique La Langue et ses monstres Un rossignol sur le balcon Valleuse Le Réel Opéré bouffe Le Perron L’Indifférent Mobilis in mobilier Le Taureau, la rose, un poème Fragments d’une ville fantôme Les Choses n’en font qu’à leur tête Journal de l’homme arrêté Les Macchabs vites