Mon chat son chien et le cochon du voisin Clod’Aria

Ouvrage épuisé

Mon chat son chien et le cochon du voisin, Clod'Aria, illustrations de Jean-Louis Pérou, poèmes, collection « Le Farfadet bleu », 11x19,2 cm, 48 p., 1998, 7.50€, ISBN : 9782840310617

Présentation

Clod’Aria ne compte plus les chats qu’elle a accueillis, les
siens et ceux de passage. Ils sont les héros de ce petit
livre : ceux qu’on « embrasse à défaut d’autre chose », « les
galeux, les croûteux, les sans maître » , les chats disparus
qui « miaulent dans (sa) tête » ... II y a aussi le chien de
Monsieur qui squatte « le meilleur fauteuil » ; et puis, le
cochon que le boucher est venu tuer chez le voisin. Un petit
monde souvent souriant et truculent, mais aussi parfois
tragique et violent qui ressemble fort à celui des humains.
Dans des poèmes dégraissés au plus près, Clod’Aria sait
trouver les mots pour dire la tendresse et l’amour, et ceux
pour s’insurger contre la bêtise et l’ignorance qui excluent
ou qui tuent.

Votre panier

Votre COMPTE

Non connecté

« Ma culture se nourrit du livre de ta chair, et j’ai lu beaucoup dans le fond de tes gorges, dans ton dedans d’amour, descendant de délice en délice au délire des délires… »
Marcel Moreau
Insensément ton corps

L’auteur

Le plasticien

La Collection

Parfois L’Indifférent Stilb suivi de Iréniques L’Œil tourné Le Jour se lève encore Trois anciens poèmes mis ensemble pour lui redire je t’aime Le Soleil oiseleur Une clarté de passage Faire des études pour être mendiant La Couleur tensive Ne me faites pas dire ce que je n’écris pas L’Œuvre au Nord Profondeur du champ de vol La Source Entre chagrin et néant (audiences d’étrangers) Un oursin L’Imaginaire & Matières du seuil Colomb, Cortez & Cie Presque le bonheur Banlieue nord Si petits les oiseaux L’Ombre nue La Nuit du libertin La Mort est en feu Tacatam Blues Entrée en matière Ombres classées sans suite Le Faraud séant La Ville autour Quel sangue... Quella piaga... Une guirlande pour Casanova