Mon chat son chien et le cochon du voisin Clod’Aria

Ouvrage épuisé

Mon chat son chien et le cochon du voisin, Clod'Aria, illustrations de Jean-Louis Pérou, poèmes, collection « Le Farfadet bleu », 11x19,2 cm, 48 p., 1998, 7.50€, ISBN : 9782840310617

Présentation

Clod’Aria ne compte plus les chats qu’elle a accueillis, les
siens et ceux de passage. Ils sont les héros de ce petit
livre : ceux qu’on « embrasse à défaut d’autre chose », « les
galeux, les croûteux, les sans maître » , les chats disparus
qui « miaulent dans (sa) tête » ... II y a aussi le chien de
Monsieur qui squatte « le meilleur fauteuil » ; et puis, le
cochon que le boucher est venu tuer chez le voisin. Un petit
monde souvent souriant et truculent, mais aussi parfois
tragique et violent qui ressemble fort à celui des humains.
Dans des poèmes dégraissés au plus près, Clod’Aria sait
trouver les mots pour dire la tendresse et l’amour, et ceux
pour s’insurger contre la bêtise et l’ignorance qui excluent
ou qui tuent.

Votre panier

Votre COMPTE

Non connecté

« Aucun visage ne paraissait jamais aux wagons. Le train bleu n’avait pas de fenêtres.
La glace voilait tout. »
Pierre Cendors
Le Voyageur sans voyage

L’auteur

Le plasticien

La Collection

Petit traité d’éducation lubrique Course libre Petites proses voyageuses Couleur jardin En avant l’enfanfare ! La Source L’Italien Entre chagrin et néant (audiences d’étrangers) L’Errance, la dérive, la trace Lavoir de toutes les couleurs Toboggans des maisons C’est papa qui conduit le train Carnets du graphomane Une voix pour Orphée Casanova et la belle Montpelliéraine Poèmes et lettres d’amour Chants de la tombée des jours Trois anciens poèmes mis ensemble pour lui redire je t’aime Cheminement vers le rien Maintenant la nuit L’Enceinte Dans les jardins mouillés Chroniques d’un promeneur assis Le Chant du destin Les Visages et les voix Les Explorateurs Carnets des solitudes Le Sens du toucher Le Jour se lève encore Rire parmi les hirondelles