Poèmes poids plume Jean-François Mathé

7,50 EUR (7,11 EUR HT)

Poèmes poids plume, Jean-François Mathé, illustrations de François Baude, poèmes, collection « Le Farfadet bleu », 11x19,2 cm, 48 p., 1998, ISBN : 9782840310822

Présentation

Chacun des poèmes de J.-F. Mathé est un clin d’œil souriant qui met à mal nos idées reçues ou conforte celles des enfants.
- Marie-Josée Minassian, Journal des Instituteurs, avril 1999

C’est concis, imagé et fort tour à tour (...). J’ai rencontré là une parole fantaisiste qui sait se faire grave aussi.
- Marie-Josée Guillin, Livrjeun, août 1999

Un recueil au ton très personnel, un peu déconcertant : sous l’apparente légèreté d’une écriture imagée et ludique, le poète évoque des souvenirs, des sensations, des sentiments ambigus, doucement cruels, parfois désenchantés. Pour bons lecteurs.
- J.B., La Revue des Livres pour Enfants, avril 1999

Le recueil s’est construit au fil des années. Il est présenté selon une progression (voulue) de l’intensité dramatique. En effet, au début, les poèmes ont la saveur des bonbons au miel, et peu à peu le verbe est saupoudré d’épices de plus en plus corsées.
- Philippe Lexcellent, La Nouvelle République du Centre-Ouest, 1999

Extrait

Petit poème au bout du doigt,
je te couperai comme un ongle.
Il y a longtemps que je jongle
avec les mots choisis pour toi.

Maintenant c’est prêt, on y va.
Je vais trancher, tu vas tomber
bien gentiment sur le papier,
et - aïe ! - en souvenir de toi

je porte un pansement au doigt.

Votre panier

Votre COMPTE

Non connecté

« Aucun visage ne paraissait jamais aux wagons. Le train bleu n’avait pas de fenêtres.
La glace voilait tout. »
Pierre Cendors
Le Voyageur sans voyage

Le plasticien

La Collection

Le Chat Presque le bonheur Lavoir de toutes les couleurs Coquerets et coquerelles De purs désastres, édition aggravée Matière du temps 1 L’Errance, la dérive, la trace C’est papa qui conduit le train Carnets respiratoires Marie-Gasparine La Nuit du libertin Al dente (de l’amour, du poème et des spaghetti) Petit traité d’éducation lubrique Le Réel Rien qui porte un nom Arènes 42 L’Impossible Manque Le Vent du dehors Tombeau de Joseph-Ferdinand Cheval, facteur à Hauterives Toboggans des maisons Pour mon ours blanc La Couleur tensive Chroniques d’un promeneur assis On disait Fragments d’une ville fantôme Ombres classées sans suite En toutes circonstances Crobards et mounièques Où patiente la lumière Trois anciens poèmes mis ensemble pour lui redire je t’aime