Une cigale dans la tête Luce Guilbaud

Ouvrage épuisé

Une cigale dans la tête, Luce Guilbaud, illustrations de l'auteur, poèmes, collection « Le Farfadet bleu », coédition avec Les Écrits des Forges, 11x19,2 cm, 48 p., 1998, 7,50€, ISBN : 9782890464230

Présentation

Les poèmes de Luce Guilbaud s’attachent à l’essentiel : le vent du large qui « souffre quand il souffle », le bois mort où « fleurissent les mésanges charbonnières », le chat « qui part, sans dire adieu », les fourmis dans les jambes, l’arbre de Pomonie, les larmes de la nuit qui « deviennent rosée du matin », le « petit nuage fatigué » qui va se coucher « en rond autour du phare »... et les mots pour dire tout cela ? « C’est à ceux pour aimer que je donne mémoire », répond l’auteur.

Votre panier

Votre COMPTE

Non connecté

« J’étais nu près de Deborah nue, nos moiteurs s’évitaient à présent, nous souriions vaguement et parallèlement à un ventilateur harassé qui grinçait au plafond. Il y avait une douceur extrême à ne plus se sentir beaux ni désirés. Nous n’avons pas dormi, je pense. Quoique le dos collé au drap, nous avons flotté sous d’invisibles palmes. »
François Salvaing
De purs désastres, édition aggravée

L’auteur

Le plasticien

La Collection

Marie-Gasparine Pour mon ours blanc Les Macchabs vites Tectonique des femmes Le Perron Les Eaux noires La Langue au chat Matière du temps 2 Pour apprendre la paix à nos enfants Prière d’insérer suivi de Cote d’alerte Le Réel Le Chant du destin Le Congrès d’automne L’Oiseau de nulle part Chants de la tombée des jours Tombeau de Joseph-Ferdinand Cheval, facteur à Hauterives La Couleur tensive Mobilis in mobilier Un oursin Carnets du jardin de la Madeleine La Belle vitesse Monsieur l’évêque avec ou sans mitre Dits d’elle L’Errance, la dérive, la trace Carnets du graphomane Quatre écoutes du tonnerre Coquerets et coquerelles De purs désastres, édition aggravée Les Chiens du vent Poèmes et lettres d’amour