Une voix pour Orphée Jean-Claude Hauc

Publication 1996
11,00 EUR (10,43 EUR HT)

Une voix pour Orphée, Jean-Claude Hauc, récit, 7 encres de Claude Sarthou, coll. Marine, 15x21,5 cm, 64 p., 1996, ISBN : 2.905910.70.4

Présentation

Un fil d’Ariane entêté innerve les livres de Jean-Claude Hauc : comment « dire » la musique, l’opéra ? Comment l’écriture peut-elle s’emparer des langues pour se mesurer à la voix, d’essence divine, sacrée, sexuelle ? Ces questions prennent aujourd’hui pour réponse la structure d’une sonate, forme ternaire à deux thèmes, où se mêlent, à travers l’évocation du mythe d’Orphée, érudition réelle et fiction de savoir [...]. L’impossible tentation pour un écrivain d’incarner, à l’image d’Orphée, l’homme et la femme, la poésie et la musique, l’impossibilité de faire de son corps une voix incomparable, hante ce livre de Jean-Claude Hauc, en révèle la part maudite. Ce faisant, Une voix pour Orphée résout l’ensemble de son œuvre en un chant silencieux, un faisceau singulier qui éclaire douloureusement notre définitive incomplétude.

- Roland Hélié, « Une voix pour Orphée » (extrait), in Le Mensuel, 1996.

Extrait

Le héros thrace incarne la fidélité au moins autant que Tristan, mais il possède également toute la séduction de Don Juan. Lui aussi défie les morts, avec une dignité et un courage que ne possède pas toujours le personnage de Molière ou celui de Mozart. En outre, il est capable d’assumer la séparation et la perte. Comme tout artiste véritable, sans doute, il parvient à intégrer en lui le négatif et à faire chanter le manque. Il est donc bien compréhensible que la pensée chrétienne redoute Orphée. Le « diabolus in musica » par excellence. Celui dont la voix parvient à faire céder la mort. Le grand nécromant. Au-delà des mots et des sexes.

Votre panier

Votre COMPTE

Non connecté

« J’étais nu près de Deborah nue, nos moiteurs s’évitaient à présent, nous souriions vaguement et parallèlement à un ventilateur harassé qui grinçait au plafond. Il y avait une douceur extrême à ne plus se sentir beaux ni désirés. Nous n’avons pas dormi, je pense. Quoique le dos collé au drap, nous avons flotté sous d’invisibles palmes. »
François Salvaing
De purs désastres, édition aggravée

L’auteur

Le plasticien

La Collection

Lavoir de toutes les couleurs Mange-Matin La Halte belge Lettre d’Afrique à une jeune fille morte Variations sur des carnets L’Œil tourné Le Chant du destin Erratiques Le Vent du dehors L’Imaginaire & Matières du seuil Non lieu provisoire La Chambre bouleversée Course libre Bavard au cheval mort et compagnie Lumière des mains, suivi de L’Incessant tourment d’espérances La Liesse populaire en France La Tombe d’un jeu d’enfant Chants de la tombée des jours Des étoiles sur les genoux Maélo Capitaine des myrtilles Les Macchabs vites Insensément ton corps gLoire(s) Premières poésies (1950-1955) Trois anciens poèmes mis ensemble pour lui redire je t’aime Ciel inversé 1 Vladivostok, aller simple Entre chagrin et néant (audiences d’étrangers) Valleuse