L’Insu
Guy Benoît

publication 1991
9,50  (9,00  HT)

L'Insu, Guy Benoît, poèmes, 9 encres de Jacques Vimard, coll. Marine, 15x21.5 cm, 48 p., 1991, ISBN : 2.905910.26.7

Présentation

C’est à une poésie de l’arrachement que donne souffle L’Insu. Les vers, rares, griffent de leurs traces la surface plane de la page. Dans la déchirure qu’ils font, s’ouvre au creux du silence une expérience intime proche de la métaphysique. Celui dont on parle et qui parle aussi peut-être doit se sortir d’une glaciation des souvenirs, des pensées, de l’être : « l’esprit bloqué à l’indicatif passé, dans un labyrinthe de saisons froides, de sang caillé, de rétractions implacables ». La prose ici, vient soumettre les mots du poème à son impérieuse nécessité. On comprend alors que les vers se sont raréfiés comme l’air des profondeurs ou de l’altitude. Nommer, c’est respirer, difficilement, mais respirer encore et donner alors toutes ses chances à une vie où l’exaltation serait possible « jusqu’aux fastes de l’air. »
Face à cette poésie retenue, les encres de Jacques Vimard déploient leurs tensions dans une géographie de noirs et blancs qui sollicitent autant la contemplation que l’introspection. Et le livre alors offre plus d’un voyage intérieur à son lecteur.

Votre panier

Votre COMPTE

Non connecté

« Le lévrier : rien de bien haut, mais tout ce galbe donne le vertige (et la désagréable impression de forniquer sur un meuble Louis XV). »
Pierre Senges
Zoophile contant fleurette

L’auteur

Le plasticien

La Collection

Labyrinthe Rire parmi les hirondelles L’Existence poétique Les Explorateurs L’Indifférent Guérir par les mots (poèmes médicaux, médicinaux et pharmaceutiques) Le Loir atlantique Où qu’on va après ? Stabat Mater La Poignée de porte Banlieue nord Lavoir de toutes les couleurs Fragments d’un meurtre L’Homme traversé Les Montagnes du soir Cheminement vers le rien Les Chiens du vent Dans la présente abjection des mondes L’Imaginaire & Matières du seuil Mon chat son chien et le cochon du voisin Friches Erratiques Premières poésies (1950-1955) Résidences secondaires Où patiente la lumière C’est des poèmes ? C’est l’Eté Maélo La Toile de la foraine - Lyon : portrait Le Sentiment de la nature