La Belle vitesse
Ariane Dreyfus

7,50 € (7,11 € HT)

La Belle vitesse, Ariane Dreyfus, illustrations de Valérie Linder, poèmes, collection « Le Farfadet bleu », 11x19,2 cm, 56 p., 2002, ISBN : 9782840311324

Présentation

« Ce livre, je l’ai voulu traversé par la vitesse des enfants qui grandissent, l’enfance ne peut pas rester, les enfants sont toujours en train de disparaître.
Ainsi la poésie est-elle ce lieu où on peut appuyer sa tête un moment, son front en plein cœur de l’absence.
En veillant à ne pas serrer trop fort ceux qui comptent, que le poème reçoive aussi la fine vibration d’un visage unique. Qu’il contienne, hisse nos trésors jusqu’à l’inoubliable mais qu’il ne paralyse pas la vie : maintenir l’équilibre entre un dire aussi direct que la nudité, ce qui est le plus beau quand on y parvient, comme peau contre peau, et on ne pense à rien, tout est là, et ce besoin de la forme, qui apaise, éclaire, transmet. »

Extrait

Certains matins, ils pépient
plus que des oiseaux :
la nuit n’ose plus rien dire
alors nous ouvrons les yeux

les branches étaient
des chambres

Votre panier

Votre COMPTE

Non connecté

« Jardin comme posé
dans ma mémoire j’ai neuf ans.
Le tilleul est rutilant le
silence éclabousse au milieu de l’été et
tant d’abeilles dans les branches.
Ce que je peux m’emmerder ! »
Dominique Fabre
Avant les monstres

L’auteur

Le plasticien

La Collection

Le Bel aujourd’hui En toutes circonstances Les Madones du trottoir Matière du temps 2 La Langue au chat Rien qu’une ombre inventée Matière du temps 1 Monsieur l’évêque avec ou sans mitre L’Etoffe des Corps Petits bonheurs Friches Insensément ton corps L’Incomparable promenade Nuitamment Carnets respiratoires Tu me libellules La Momie de Roland Barthes Le Sentiment de la nature L’Appétit de Don Juan Le Faraud séant L’Insu Banlieue nord Goutte d’eau Rien qui porte un nom Le Bec de la plume On disait Dans la présente abjection des mondes Les Montagnes du soir Parfois La Nuit du libertin