La Liesse populaire en France
Lionel Bourg

publication 1998
7,50 € (7,11 € HT)

La Liesse populaire en France, Lionel Bourg, essai, coll. L'Anthrope, 12x16.5 cm, 32 p., 1998, ISBN : 2.905910.96.8

Présentation

Dans ce petit livre, Lionel Bourg s’interroge sur la place qu’a tenu l’immense liesse populaire du 12 juillet 1998 après la victoire de l’équipe de France de football en Coupe du Monde. Ou, plus exactement, il ne s’interroge pas : il vitupère, dénonce, montre. Adepte du pamphlet ou du journal de la colère, Lionel Bourg ici replace l’événement sportif dans la torpeur mortifère qu’impose le capitalisme. À une France qui s’ennuit, c’est une joie opportune qui est offerte. L’amateur de football qu’est Lionel Bourg, n’en est pas moins lucide : la victoire fêtée fut celle de la frilosité.
Furibard comme on l’aime, dénonciateur des dominations d’aujourd’hui et des mensonges d’hier (ah le joli portrait de Cohn Bendit !) Lionel Bourg réveille les esprits. On en a bien besoin.

Extrait

N’en déplaise aux clichés (encore un effort, nous y sommes presque !), le capitalisme n’est pas un coureur cycliste, fût-il bourré d’hormones de croissance, qui ferait du sur-place avant le sprint final avec la révolution prolétarienne. Sa fermentation, toute macabre qu’elle soit, n’a rien de statique. Crevant de ne pas crever, il réussit, ou feint la réussite, de son coup le plus audacieux, réalisant en négatif le programme communiste.

Votre panier

Votre COMPTE

Non connecté

« doré roux
printemps roux
vu le loup
sexe roux »
James Sacré
Trois anciens poèmes mis ensemble pour lui redire je t’aime

L’auteur

La Collection

Les Montagnes du soir Prière d’insérer suivi de Cote d’alerte Le Congrès d’automne Chants de la tombée des jours La Toile de la foraine - Lyon : portrait Le Bel aujourd’hui L’Enfant sur la branche Rien qui porte un nom Bavard au cheval mort et compagnie Un alibi de rêve L’Absent Petits bonheurs La Source À la queue leu leu / The Line (édition bilingue) Le Barillet : variations dramatiques T2 Mobilis in mobilier Le Faraud séant La Poignée de porte Une cigale dans la tête L’Enfance est mon pays natal Les Chiens du vent De purs désastres, édition aggravée Zoophile contant fleurette Monsieur l’évêque avec ou sans mitre Un oursin Quel sangue... Quella piaga... Une guirlande pour Casanova Des rêves au fond des fleurs C’est l’Eté Stilb suivi de Iréniques L’Homme traversé