La Momie de Roland Barthes
Jean-Pierre Bobillot

publication 1989
14,00 € (13,27 € HT)

La Momie de Roland Barthes, Jean-Pierre Bobillot, « Eloge de la Modernité », essai, coll. L'Ostiaque, 14x21 cm, 176 p., 1989, ISBN : 2.905910.12.7

Présentation

Commentant les récentes prises de position de plusieurs - comme celle de Finkielkraut - et l’oeuvre ou l’esthétique d’auteurs contemporains- Robbe Grillet, Ricardou, Sacré, Hauc...- ou de la modernité récente - Mallarmé, Rimbaud, Schwob, Jarry, Dada... - ou moins récente - Stendhal, Flaubert, - il tente de définir les conditions d’un art authentiquement émancipé et émancipateur, à travers la notion de formalisme lyrique, où se rencontrent, dans le champ esthétique, matérialisme et subjectivité critique ; revenant sur quelques aspects plus ou moins négligés de l’histoire des formes littéraires - le sonnet, la question du vers, l’”hypothèse de la satura”, le rôle de la polémique, la notion de fin de siècle... - il s’attache à en reconnaître, ici et là, l’émergence, à en préciser les contours et les conditions d’existence ou de pérennité.

Extrait

À la croyance classique en une Nature humaine, en un Vrai, en un Bien, en un Beau, toujours & en tous lieux les mêmes, en un donné à exprimer le mieux possible selon les règles, la modernité et sa théorie répondent en affirmant a nécessité permanente, mais infiniment diversifiée, d’un faire ou, diraient les philosophes d’un Bildung, ou encore, en termes esthétiques, d’un poiein - en un mot, d’une démarche qui allie, en son entêtement douloureux & gai, à l’incessante recherche de l’innovation, le doute, la critique, la déconstruction : - non dans une visée nihiliste, mais parce que sa liberté & sa pertinence se mesurent à l’audace ou à la justesse de ses expérimentations.

Votre panier

Votre COMPTE

Non connecté

« Nietzsche, comme une puissante tape dans le dos ou ce coup de poing sur la tête dont parle Kafka à propos des bons livres »
René Pons
Carnets des solitudes

La Collection

La Chambre bouleversée La Momie de Roland Barthes L’Enfance est mon pays natal La Langue au chat À la queue leu leu / The Line (édition bilingue) C’est papa qui conduit le train Le Voyageur sans voyage Poèmes poids plume Parfois Billet pour le Pays doré Le Sens du toucher Chambre de feuilles Le Vent du dehors Fragments du solstice Tacatam Blues Circé ou Une agonie d’insecte Monsieur l’évêque avec ou sans mitre À la Dublineuse Musée de l’os et de l’eau Vladivostok, aller simple Prière d’insérer suivi de Cote d’alerte L’Imaginaire & Matières du seuil Le Faraud séant L’Enceinte Ne me faites pas dire ce que je n’écris pas Lettre d’Afrique à une jeune fille morte Ouverture du cri Maintenant la nuit Villégiatures & Cie Le Sentiment de la nature