Le Pôle magnétique
Jean-Yves Plamont

publication 19 octobre 2016
12,00 € (11,37 € HT)

Le Pôle magnétique, Jean-Yves Plamont, poésie, hors collection, 12x19,5 cm, 54 p., 2016, ISBN : 978-2-913388-83-3

Présentation

« Les poèmes de Diego s’inscrivent dans la mouvance du néo pop nostalgique » dixit l’auteur.

C’est doux, c’est tendre, c’est ingénu, c’est parfaitement ficelé, on sourit, on s’émeut... – bon Dieu, j’allais oublier de te dire ça... – c’est exactement ce que j’ai ressenti à te lire.
- Léo Montillot, in Notes de lecture, Jean-Yves Plamont : L’Humour tendre, revue littéraire numérique Les Années

Article de la revue Les Années, N° 80 : Poésie

Il faut aussi insister sur la structure éclatée, kaléidoscopique de l’écriture de Jean-Yves Plamont : la modernité s’y moque des complexités de l’écriture dans une rafraîchissante naïveté, où le non-sens, les jeux de mots, la créativité et la fantaisie surgissent à chaque petit texte. Ses poèmes sont réjouissants et inventifs. Vous en sortirez ragaillardis. (…) Si vous avez fui la poésie contemporaine, lisez au moins Jean-Yves Plamont.
- François-Xavier Farine, in actualitte.com, Le Pôle magnétique, de Jean-Yves Plamont : tombe la neige...

Extrait

Mon manteau polaire est tellement épais. Katarina n’entend plus mon cœur qui bat pour Katarina.

Katarina sur le dos d’un ours blanc, ça fait très Greenpeace and Love.

Les négociations sont bloquées. Le pingouin interprète ne sait pas traduire coquelicot.

À l’entrée de la colonie de pingouins, Diego lit NO SMOKING. Il retourne dans son igloo se changer.

Katarina, j’ai deux tickets pour la prochaine aurore boréale et nos numéros se suivent.

Votre panier

Votre COMPTE

Non connecté

« Maintenant, voici venu pour moi le temps de me décider à faire retour en arrière, de tenter de trousser congrûment quelque chose à ma guise, une sorte d’écriture pure de tout sens civique. Le besoin est sans doute inscrit dans les gènes : pressentiment reptilien que tout disparaîtra d’un coup.
Dany, Piteur, Olivier, il n’y a plus au monde une seule trace d’eux. Tout ce qui reste est en moi. »
Sylvain Fourcassié
Les Madones du trottoir

L’auteur

La Collection

Avant les monstres Villégiatures & Cie L’Oiseau de nulle part Le Pôle magnétique Les Madones du trottoir La Halte belge Colomb, Cortez & Cie La Langue et ses monstres Rien qui porte un nom La Poignée de porte L’Existence poétique Le Chat Le Soleil oiseleur Friches Lavoir de toutes les couleurs L’Absent Pleine lucarne Carnets des solitudes Toboggans des maisons Le Sentiment de la nature Fragments d’une ville fantôme Fragments d’un désastre La Langue au chat La Mort est en feu L’Evolution des paysages Un oursin Lettre d’Afrique à une jeune fille morte Une cigale dans la tête Opéré bouffe Tacatam Blues