Le Réel
Jean-Pierre Bobillot

publication 1996
11,00 € (10,43 € HT)

Le Réel, Jean-Pierre Bobillot, poèmes, 9 encres de Jacques Taris, coll. David, 15x21.5 cm, 64 p., 1996, ISBN : 2.905910.64X

Présentation

aujourd’hui, en France, à Paris.
poète le
de simples lecteurs confortablement assis
& de manière spectaculaire, pour le second
toujours affamé qui viendrait pourtant -
étudier la poésie moderne, telle qu’elle
VIENT DE PARAÎTRE
des portraits de Mao brandis par
des philosophes, des savants,
des festants.
lucidité, faute de quoi la philosophie
niquer. Et voilà que, si l’on n’y
L’odeur commence à y être forte
au réel.
poète le sait bien, mais il voudrait pou-
mais la révolution n’a pas eu lieu, le
réel.
VIENT DE PARAÎTRE
Ce roman, qui a été écrit parallèle-
roman ne compte guère dans une
dans laquelle tout un chacun écrit des
des commentaires parfaitement fantai-
&un raffinement verbal inégalés.
Pendant longtemps, après la

PROGRÈS NE RAPPORTE QUE S’IL EST INFLIGÉ À TOUS

L’une des raisons en est
poète le sait bien, mais

Extrait

30.12.91
Beyrouth est partout. Meilleurs voeux. La femme de ma vie. La femme de l’année. La femme du jour. La femme de l’instant. Miss moi. Meilleurs voeux. La flamme olympique est de participer. Choux-fleurs de Brest à Brest-Litovsk. Pour Stalingrad, changez à Tchernobyl. Pour Wall Street, changez à Koweit City. Pour Moscou, changez à Moscou. Meilleurs voeux. La flamme de ma vie. La femme olympique. Cache ces jambes, qu’Allah ne saurait voir.L’essentiel est de retour. Aujourd’hui, Miss France est intelligente, dit Miss France. Meilleurs voeux. Le sexe olympique. Extincteur pour retour de flamme. Reflets d’amour. Reflet de la femme tremblante. Reflets tremblants de la femme. Reflets de la femme de ma vie dans les eaux plombées de la petite Néva. Reflets de la femme de ma vie tremblante. Meilleurs voeux. Je suis refait. Je suis partout. Moi, Raskolnikov.

Votre panier

Votre COMPTE

Non connecté

« J’étais nu près de Deborah nue, nos moiteurs s’évitaient à présent, nous souriions vaguement et parallèlement à un ventilateur harassé qui grinçait au plafond. Il y avait une douceur extrême à ne plus se sentir beaux ni désirés. Nous n’avons pas dormi, je pense. Quoique le dos collé au drap, nous avons flotté sous d’invisibles palmes. »
François Salvaing
De purs désastres, édition aggravée

Le plasticien

La Collection

L’Ordinaire, la métaphysique L’Enfance est mon pays natal Course libre La Ville autour Toboggans des maisons Rien qu’une ombre inventée Pour apprendre la paix à nos enfants Mon chat son chien et le cochon du voisin Valleuse Où qu’on va après ? Si petits les oiseaux Stabat Mater L’Existence poétique Les Madones du trottoir L’Appétit de Don Juan Des sourires et des pommes La Liesse populaire en France La Poignée de porte Couleur jardin L’Absent Al dente (de l’amour, du poème et des spaghetti) Quel sangue... Quella piaga... Une guirlande pour Casanova Résidences secondaires Ombres classées sans suite La Halte belge L’Incomparable promenade C’est l’Eté Un alibi de rêve Un éditeur... Voilà ! Opéré bouffe