Les Madones du trottoir
Sylvain Fourcassié

publication 8 septembre 2010
12,00 € (11,37 € HT)

Les Madones du trottoir, Sylvain Fourcassié, préface de Lydie Salvayre, illustrations de Aiham Dib, nouvelle, collection « Texte au carré », 14x14 cm, 76 p., 2010, ISBN : 978-2-913388-73-4

Présentation

Sylvain Fourcassié évoque le parcours, brutalement interrompu, de trois adolescents des années 70. Son écriture pure de tout sens civique, tendre et fraternelle, réanime l’époque des excès, de la candeur, des audaces joyeuses et des désirs inassouvis.

Avoir dix-huit ans en 68, loin du Quartier latin, à la frontière pascalienne de l’en-deçà et de l’au-delà, dans une petite ville des Pyrénées. L’Histoire n’est pas passée par-là. Dans les huit textes courts qui composent Les Madones du trottoir, l’auteur trace le portrait d’une époque, celle de jeunes gens qui découvrent le plaisir interdit des premières Stuyvesant, carburent à la bière jusqu’à tourner de l’œil, préfèrent les arrière-salles des bars aux après-midi dansantes fréquentées par les fils de notaires, et trouvent de la joie à s’affronter aux gens de l’ordre...

Présenté dans la collection « Texte au carré » : une nouvelle, une préface par un autre écrivain, une couverture entièrement illustrée.

Extrait

Mes suicidés étaient ces trois-là, trois amis des confins, dans un Far West campagnard. Ils n’avaient pas supporté que leur jeunesse les lâche. D’autres, plus nombreux, optèrent pour une voie lente, mais c’est une autre histoire.

Votre panier

Votre COMPTE

Non connecté

« Car elle aime partir en voyage. Elle aime les voyages en train. Elle aime les trains de longs voyages. »
Guy Goffette
Tacatam blues

Le plasticien

La Collection

Des garous et des loups Maélo Villégiatures & Cie L’Ordinaire, la métaphysique C’est papa qui conduit le train Trois anciens poèmes mis ensemble pour lui redire je t’aime Ouverture du cri Guérir par les mots (poèmes médicaux, médicinaux et pharmaceutiques) Le Jour se lève encore Où qu’on va après ? Entrée en matière Quatre écoutes du tonnerre Arènes 42 On disait Rien qui porte un nom L’Œil tourné Chair de Sienne L’Ourlet du ciel Tectonique des femmes La Chambre bouleversée Une voix pour Orphée Fragments du solstice Le Taureau, la rose, un poème Un cri L’Evolution des paysages L’Etoffe des Corps L’Enfance est mon pays natal Le Pôle magnétique Fidèles félidés Des rêves au fond des fleurs