Mon chat son chien et le cochon du voisin
Clod’Aria

Ouvrage épuisé

Mon chat son chien et le cochon du voisin, Clod'Aria, illustrations de Jean-Louis Pérou, poèmes, collection « Le Farfadet bleu », 11x19,2 cm, 48 p., 1998, 7.50€, ISBN : 9782840310617

Présentation

Clod’Aria ne compte plus les chats qu’elle a accueillis, les
siens et ceux de passage. Ils sont les héros de ce petit
livre : ceux qu’on « embrasse à défaut d’autre chose », « les
galeux, les croûteux, les sans maître » , les chats disparus
qui « miaulent dans (sa) tête » ... II y a aussi le chien de
Monsieur qui squatte « le meilleur fauteuil » ; et puis, le
cochon que le boucher est venu tuer chez le voisin. Un petit
monde souvent souriant et truculent, mais aussi parfois
tragique et violent qui ressemble fort à celui des humains.
Dans des poèmes dégraissés au plus près, Clod’Aria sait
trouver les mots pour dire la tendresse et l’amour, et ceux
pour s’insurger contre la bêtise et l’ignorance qui excluent
ou qui tuent.

Votre panier

Votre COMPTE

Non connecté

« Aussitôt qu’il arrivait je cachais son journal
et regardais les fleurs de la toile cirée
mourir sous les estafilades et les taches de
brûlé : la fin du monde est pour bientôt. »
Dominique Fabre
Avant les monstres

L’auteur

Le plasticien

La Collection

Petites proses voyageuses La Liesse populaire en France Toro Al dente (de l’amour, du poème et des spaghetti) Ouverture du cri Carnets du graphomane La hulotte n’a pas de culotte On disait En avant l’enfanfare ! Guérir par les mots (poèmes médicaux, médicinaux et pharmaceutiques) L’Alimentation générale de Tombouctou La Momie de Roland Barthes Des sourires et des pommes Vladivostok, aller simple L’Ordinaire, la métaphysique La Close L’Ombre nue La Chambre bouleversée La Toile de la foraine - Lyon : portrait Des étoiles sur les genoux Où qu’on va après ? Friches Le Vingt-deux octobre Un cri Poèmes poids plume Entrée en matière Casanova et la belle Montpelliéraine Colomb, Cortez & Cie Profondeur du champ de vol Le Taureau, la rose, un poème