Où patiente la lumière
Lionel Bourg

publication 1993
25,00 € (23,70 € HT)

Où patiente la lumière, Lionel Bourg, récits, préface de Jean-Gabriel Cosculluela, coll. L'Ostiaque, 14x21 cm, 272 p., 1993, ISBN : 2.905910.37.2

Présentation

« Le monde est là. Cruel. Magnifique. En lui, laissez-moi être écartelé et ravi. Sordide et délicat comme un berceau de neige... »
Suite de textes organisant l’espace mental de celui qui, au cours d’un séjour prolongé en quelque Hercynie d’occasion (la vallée de la Cance et ses montagnes adjacentes, dans le Haut-Vivarais), tente d’unir en une même teneur d’amour comme de dégoût le dedans et le dehors, ce livre malgré ses pans d’ombre ne cherche à inventer qu’une forme calcinée de l’espoir. C’est là, dans l’univers fluent des phrases longuement enroulées autour de l’axe, dans les cassures et les flux, les rochers ou les ciels, la colère et parfois l’émerveillement, que patiente peut-être une certaine lumière, celle qui loin de ses oripeaux messianiques serait dans nos vois l’origine du cri et l’émoi d’un seul chant.
L.B.

Extrait

J’épie la naissance du jour. Usé. Proscrit déjà de tant d’années, cependant que la clarté absorbe les ombres et que je disparais avec elle. Rien n’arrivera. Rien d’autre qu’un peu de brume ou qu’un souffle à peine perceptible soulevant le coin d’une page où l’on écrit des mots sans importance. On n’explique pas la lumière. On n’explique pas la détresse des premiers gestes de l’amour. On n’explique pas la douleur.

Votre panier

Votre COMPTE

Non connecté

« Aucun visage ne paraissait jamais aux wagons. Le train bleu n’avait pas de fenêtres.
La glace voilait tout. »
Pierre Cendors
Le Voyageur sans voyage

L’auteur

La Collection

Les Mots d’Alice Insensément ton corps Fragments d’un meurtre Un cri Tectonique des femmes Stabat Mater L’Evolution des paysages Des étoiles sur les genoux Le Voyageur sans voyage La Langue et ses monstres La Traversée des grandes eaux Lumière des mains, suivi de L’Incessant tourment d’espérances Circé ou Une agonie d’insecte Labyrinthe Tu me libellules C’est papa qui conduit le train Poèmes poids plume L’Ourlet du ciel L’Ordinaire, la métaphysique L’Errance, la dérive, la trace La Guerre entre les arbres gLoire(s) Les Eaux noires Les Montagnes du soir L’Incomparable promenade Friches Chants de la tombée des jours Un rossignol sur le balcon Pleine lucarne Le Vingt-deux octobre