Actualité À Rennes, une représentation inspirée des œuvres de Christian Prigent

, par Hélène Boinard

Les 24 et 25 novembre 2017 à 20h30 auront lieu les représentations de Saoul silence suivi de Expérience n° hein ? de Stéphane Keruel, par la Compagnie Le Chant de la carpe.
Un solo bicéphale composé d’un larynx et d’un saxophone nous entraîne dans l’exploration jubilatoire des hiatus entre corps et langue, mot et chose, poésie et réel. Il s’agit de faire perdre au langage un peu de sa prétention à pouvoir dire le réel.
D’après Christian Prigent, Une erreur de la nature, Editions P.O.L. Et Ne me faites pas dire ce que je n’écris pas, Editions Cadex.
Avec Stéphane Keruel (voix) et Edwige Fouquet (voix et saxophone). Contribution à la mise-en-scène de Lionel François et Magali Perrinet.
Durée : 1 heure. A partir de 12 ans accompagné. Place à l’unité : 10 Euros.
À La Station théâtre (l’or noir de la langue) 1 route de Rennes 35520 La Mézière (12 km au nord de Rennes). Le public est accueilli à partir de 19h30 et les réservations se font par mail à lastationtheatre@gmail.com ou par téléphone au 06 41 56 47 01. Attention : petite jauge de 50 places. Lien internet :

Votre panier

Votre COMPTE

Non connecté

« Ce pourrait être là.
Ce lieu où un regard, peut-être, suffirait pour étreindre, un instant, l’éblouissante lumière de l’attente. »
Jean-Pierre Spilmont
Lumière des mains

La Chambre bouleversée Le Congrès d’automne Course libre Le Bel aujourd’hui Le Taureau, la rose, un poème Les Explorateurs Valleuse Ciel inversé 2 L’Enceinte Des sourires et des pommes Carnets du jardin de la Madeleine Résidences secondaires Banlieue nord Friches Colomb, Cortez & Cie Lettre d’Afrique à une jeune fille morte Où qu’on va après ? Des étoiles sur les genoux Erratiques Guérir par les mots (poèmes médicaux, médicinaux et pharmaceutiques) Billet pour le Pays doré Trois anciens poèmes mis ensemble pour lui redire je t’aime Poèmes et lettres d’amour Monsieur l’évêque avec ou sans mitre Les Montagnes du soir Un éditeur... Voilà ! Insensément ton corps Petits bonheurs C’est papa qui conduit le train Lumière des mains, suivi de L’Incessant tourment d’espérances