Circé ou Une agonie d’insecte Christian Garcin

Publication 22 mars 2010
Ouvrage épuisé

Circé ou Une agonie d'insecte, Christian Garcin, préface de Christophe Fourvel, illustrations de Philippe Favier, nouvelle, collection « Texte au carré », 14x14 cm, 52 p., 2010, 10€, ISBN : 978-2-913388-74-1

Présentation

On est happé (comme une mouche par une plante carnivore !) par cette nouvelle de Christian Garcin, qui excelle à mettre en scène ces moments où la vie bascule dans l’inconnu, où le monde, soudain, est à l’envers. L’écrivain réalise ici un tour de passe-passe, au rythme d’une écriture vive et ingénieuse. Magique !

Un homme est interpellé dans la rue par une inconnue comme si tous deux étaient de vieux amis. L’étrangère, pleine de sa certitude, l’invite chez elle et commence à déflorer, à coups de questions et d’informations, un plausible passé partagé, avant de lui glisser entre les mains des photographies. L’homme trouvera sur ces clichés de quoi douter... Est-il celui qu’elle a reconnu ? Cette femme qui vit dans un capharnaüm de plantes et de souvenirs est-elle une Circé des temps modernes ? Où se situe la frontière entre le réel et le mensonge ?

Présenté dans la collection « Texte au carré » : une nouvelle, une préface par un autre écrivain, une couverture entièrement illustrée.

Ce récit à l’écriture précise et limpide laisse les choses en l’état, conte sans autre conclusion que l’écho qu’il aura dans la conscience du lecteur. (...) un beau moment de cette œuvre discrète qui ne cesse de prendre de l’ampleur.
- Alain Nicolas, L’Humanité

Extrait

Les gens s’écartaient sur notre passage à tous les trois, la femme, la plante et moi, comme les glaçons de la banquise sous l’étrave des brise-glaces. Nous étions peut-être beaux. Nous avancions d’un pas décidé. Le soleil inondait les rues, les plantes et les gens. La lumière était si intense qu’il fallait se frayer un chemin à travers elle. Elle coulait sur les trottoirs, dans les ruisseaux, puis se fendait en petits éclats aigus et piquants. Tout était limpide, évident, tout allait de soi - et pourtant cette femme inconnue prétendait avoir une photo de moi.

Votre panier

Votre COMPTE

Non connecté

« Jardin comme posé
dans ma mémoire j’ai neuf ans.
Le tilleul est rutilant le
silence éclabousse au milieu de l’été et
tant d’abeilles dans les branches.
Ce que je peux m’emmerder ! »
Dominique Fabre
Avant les monstres

L’auteur

Le plasticien

La Collection

Les Montagnes du soir Poèmes poids plume La Belle vitesse L’Evolution des paysages À la Dublineuse Un habitué des courants d’air La Nuit du libertin Pour mon ours blanc Le Jour se lève encore La Toile de la foraine - Lyon : portrait Pour apprendre la paix à nos enfants Chambre de feuilles Un éditeur... Voilà ! L’Appétit de Don Juan Chroniques d’un promeneur assis L’Ordinaire, la métaphysique Labyrinthe Faire des études pour être mendiant Rien qui porte un nom Le Vent du dehors Crobards et mounièques Poèmes et lettres d’amour Fragments d’une ville fantôme La Langue au chat Marie-Gasparine Journal de l’homme arrêté Résidences secondaires Des sourires et des pommes Guérir par les mots (poèmes médicaux, médicinaux et pharmaceutiques) Maintenant la nuit