Fin’ Amor Jean-Paul Chavent

Publication 1996
12,50 EUR (11,85 EUR HT)

Fin' Amor, Jean-Paul Chavent, récit, coll. David, 15x21.5 cm, 72 p., 1996, ISBN : 2.905910.77.1

Présentation

Je feignis d’être sans douleur. Et d’ailleurs, j’avais vu à une joie dans ses yeux qu’elle aussi était sensible à la nouveauté absolue de l’instant. Nous retombâmes dans ce mutisme bavard qui est au cœur de la névrose courtoise. Pendant plusieurs semaines, ma vue fut dans ma voix. J’aimais cet élan que la voir me donnait. Et puis, par trop d’élan, ma vue la dépassa.

L’âme est tout le corps, mais la chair est la beauté du monde. Parce que je l’avais trouvée dans mon désir, je m’appliquai à n’être plus aussi pressé de la rejoindre dans le plaisir. Cette pusillanimité la surprit, puis la tranquillisa. Le désir étend des ombres et des lumières aussi amples que la sotte idée que je me fais de la perfection. Elle comprenait cet idéalisme, les tricheries de ses exaltations, ses nébulosités craintives ou orgueilleuses, ardentes et ridicules. Elle me comprenait, mais elle désirait quelqu’un d’autre. Nous n’en parlions jamais. Celui-là croyait qu’il savait tout d’elle, et moi je connaissais son cou par cœur.

Pendant quelques mois, je parvins à être simplement heureux de me trouver seul avec elle, plus curieux qu’amoureux, et plus amoureux de sa curiosité que de la mienne. Je prenais plaisir à ses questions abruptes et elle, si nette pourtant, prit goût à cette ambiguïté qui la délivrait d’un rôle où elle s’était sentie contrainte.

Extrait

Rassurée, elle entra dans ma lenteur. Je lui appris l’éphémère, la lumière du secret. Elle m’apprit que j’étais vivant. Sa réticence diminua. Allongés devant les hautes flammes de la cheminée, nous ne parlions de rien qui ne fût strictement circonscrit dans ce halo romanesque où nous tenait notre œil. Quand elle se taisait, j’inventais une suite à notre histoire, mois pour dire quelque chose que pour recouvrir cette espèce de nudité à quoi le silence l’exposait. Des nuits entières, le feu crépita. Parfois, je la caressai doucement, et jamais complètement, pour le plaisir amer d’entendre retomber sur ce mot, arrête, le dernier voile de sa voix vraiment nue.

Votre panier

Votre COMPTE

Non connecté

« C’est une émeute, avait dit l’un des hommes. Un soulèvement populaire, avait ajouté l’autre. Les carabiniers du village avaient fini par se décider à venir voir ce qui se passait. Ils avaient aidé les deux hommes à remonter dans leur autocar qui s’était enfui. À Santa Maria di Momentana, les maçons avaient achevé de monter le mur de briques. La Madonna était cloîtrée, hiératique. En bas, trois femmes caressaient l’enfant sous la robe qui frémissait. Le printemps était là en cette année 1944. »
Michaël Glück
L’Enceinte

L’auteur

La Collection

Mon chat son chien et le cochon du voisin Rien qui porte un nom Ciel inversé 1 Fidèles félidés C’est l’Eté La Liesse populaire en France L’Œuvre au Nord Le Faraud séant Premières poésies (1950-1955) L’Insu Parfois Opéré bouffe Poèmes et lettres d’amour Des rêves au fond des fleurs Circé ou Une agonie d’insecte À la queue leu leu / The Line (édition bilingue) Rimbaud, la tentation du soleil L’Alimentation générale de Tombouctou Toboggans des maisons Matière du temps 1 L’Absent Triptike Erratiques L’Oiseau de nulle part Dans la présente abjection des mondes Petit traité d’éducation lubrique Ne me faites pas dire ce que je n’écris pas Le Réel Entre chagrin et néant (audiences d’étrangers) Couleur jardin