L’Appétit de Don Juan Jean-Claude Hauc

Publication 1994
18,50 EUR (17,54 EUR HT)

L'Appétit de Don Juan, Jean-Claude Hauc, essai, coll. David, 15x21,5 cm, 194 p., 1994, ISBN : 2.905910.53.4

Présentation

Depuis bientôt quatre siècles, d’une œuvre l’autre et de femme en femme, Don Juan traverse le vaste champ du désir, incarnant à la fois l’impiété libertine et la séduction au masculin. Il n’est pas certain toutefois que revienne à ces deux invariants du mythe le mérite de nourrir l’imagination des écrivains, de stimuler la sagacité des commentateurs et de provoquer la fascination du public. En 1853, dans l’ébauche d’un drame intitulé La Fin de Don Juan, Baudelaire écrivait : « Car ce n’est pas la qualité des objets qui fait la jouissance, mais l’énergie de l’appétit ». C’est dans la perspective ouverte par cette remarque du poète que le présent essai entend s’inscrire. S’appliquant à rendre compte de l’appétit de l’ogre, il s’efforce également à en déceler le système pulsionnel sous-jacent. Peu d’auteurs ont méconnu l’oralité de Don Juan. Encore fallait-il en systématiser l’étude afin, ce faisant, de désigner celle-ci comme véritable moteur du mythe.

Extrait

Tout écrivain n’est-il pas un « prédateur », doublé d’un séducteur acharné à produire de « beaux mensonges » ?
L’écrivain, « l’enfant dans la maison », comme disait Georges Bataille, se nourrit du “réel” pour composer son œuvre et, de livre en livre, constitue la “lista” (sa bibliographie) qui est au fond sa « vraie vie ».
Un livre appelle le suivant, et cela sans fin. Jusqu’au dernier, qui sera un tombeau - un “sarcophage”. Comme pour Don Juan, la mort est seule à même d’interrompre la course folle et le processus de création. “Work in progress”, en quelque sorte. Souvenons nous des propos de Kierkegaard : « C’est un individu en continuelle création, “qui n’est jamais terminé”... ».

Votre panier

Votre COMPTE

Non connecté

« J’étais nu près de Deborah nue, nos moiteurs s’évitaient à présent, nous souriions vaguement et parallèlement à un ventilateur harassé qui grinçait au plafond. Il y avait une douceur extrême à ne plus se sentir beaux ni désirés. Nous n’avons pas dormi, je pense. Quoique le dos collé au drap, nous avons flotté sous d’invisibles palmes. »
François Salvaing
De purs désastres, édition aggravée

L’auteur

La Collection

Un oursin Presque le bonheur Animalimages Bavard au cheval mort et compagnie À la Dublineuse Le Faraud séant Tu me libellules Tombeau de Joseph-Ferdinand Cheval, facteur à Hauterives Corps antérieur Tiens bon la rampe gLoire(s) Al dente (de l’amour, du poème et des spaghetti) Carnets du graphomane Les Montagnes du soir Rien qu’une ombre inventée Résidences secondaires Le Pôle magnétique Circé ou Une agonie d’insecte Sillages Un éditeur... Voilà ! L’Insu Les Choses n’en font qu’à leur tête Arènes 42 L’Existence poétique Des étoiles sur les genoux Une cigale dans la tête Crobards et mounièques La Langue au chat Billet pour le Pays doré L’Homme traversé