L’Appétit de Don Juan Jean-Claude Hauc

Publication 1994
18,50 EUR (17,54 EUR HT)

L'Appétit de Don Juan, Jean-Claude Hauc, essai, coll. David, 15x21,5 cm, 194 p., 1994, ISBN : 2.905910.53.4

Présentation

Depuis bientôt quatre siècles, d’une œuvre l’autre et de femme en femme, Don Juan traverse le vaste champ du désir, incarnant à la fois l’impiété libertine et la séduction au masculin. Il n’est pas certain toutefois que revienne à ces deux invariants du mythe le mérite de nourrir l’imagination des écrivains, de stimuler la sagacité des commentateurs et de provoquer la fascination du public. En 1853, dans l’ébauche d’un drame intitulé La Fin de Don Juan, Baudelaire écrivait : « Car ce n’est pas la qualité des objets qui fait la jouissance, mais l’énergie de l’appétit ». C’est dans la perspective ouverte par cette remarque du poète que le présent essai entend s’inscrire. S’appliquant à rendre compte de l’appétit de l’ogre, il s’efforce également à en déceler le système pulsionnel sous-jacent. Peu d’auteurs ont méconnu l’oralité de Don Juan. Encore fallait-il en systématiser l’étude afin, ce faisant, de désigner celle-ci comme véritable moteur du mythe.

Extrait

Tout écrivain n’est-il pas un « prédateur », doublé d’un séducteur acharné à produire de « beaux mensonges » ?
L’écrivain, « l’enfant dans la maison », comme disait Georges Bataille, se nourrit du “réel” pour composer son œuvre et, de livre en livre, constitue la “lista” (sa bibliographie) qui est au fond sa « vraie vie ».
Un livre appelle le suivant, et cela sans fin. Jusqu’au dernier, qui sera un tombeau - un “sarcophage”. Comme pour Don Juan, la mort est seule à même d’interrompre la course folle et le processus de création. “Work in progress”, en quelque sorte. Souvenons nous des propos de Kierkegaard : « C’est un individu en continuelle création, “qui n’est jamais terminé”... ».

Votre panier

Votre COMPTE

Non connecté

« La porte s’ouvre, un cardinal et un mannequin l’effleurent. Le coude de la jeune fille laisse une traînée de poudre sur sa manche renardée, c’est dimanche et pourtant les anges vomissent des arcs-en-ciel. Elle s’engouffre, presse le bouton 4. La porte s’ouvre, le silence l’affleure. »
Chloé Delaume
Sillages (Suite 411)

L’auteur

La Collection

La Traversée des grandes eaux Où patiente la lumière Ouverture du cri Chroniques d’un promeneur assis Avec des ailes Maélo La Langue au chat Un éditeur... Voilà ! La hulotte n’a pas de culotte Friches Marie-Gasparine Le Faraud séant Petites proses voyageuses L’Ordinaire, la métaphysique La Source Triptike C’est papa qui conduit le train La Guerre entre les arbres Presque le bonheur Matière du temps 2 Couleur jardin La Ville autour Villégiatures & Cie Dans la présente abjection des mondes Fragments du solstice Chambre de feuilles Fragments d’un meurtre gLoire(s) Petits bonheurs Tacatam Blues