La Langue au chat François Fampou

9,00 EUR (8,53 EUR HT)

La Langue au chat, François Fampou, illustrations de Patrice Mazoué, poèmes, collection « Le Farfadet bleu », 11x19,2 cm, 48 p., 2007 (3è édition), ISBN : 9782840310846

Présentation

De toutes les manifestations du folklore enfantin,

je tiens la devinette pour le genre le plus essentiel.
D’abord parce qu’il trahit dans l’enfant l’adulte qu’il sera.

Ensuite pour la raison qu’après tout, ces « enfantillages » restent

pour une bonne part une production des grands à destination

des petits à qui, quelque soit la culture, ils cherchent malignement

à transmettre les valeurs qu’ils ont les plus chères au coeur.

Rythmique, poétique, ludique et même polémique comme le sont

les chansonnettes, les formulettes, les comptines ou autres

virelangues, la devinette contient aussi en germe les genres narratifs.

Elle ne déploie pas des segments complexes comme dans le conte,

le roman, la légende ou le mythe.

Mais elle est l’événement même, l’événement pur.
C’est ce que les textes de Fampou nous mettent en relief avec bonheur.

- Charles Bado

Un agréable recueil, élégamment illustré, rassemble une trentaine de devinettes inspirées de la tradition
orale africaine : pour titiller, au rythme des images et des métaphores, l’imagination et la perspicacité du
lecteur.

- Notice du CNLJ-JPL.

Ce livre sera très apprécié des enseignants, éducateurs, bibliothécaires, désireux, par exemple, d’animer un atelier de poésie.

Extrait

Dans l’étable fermée
Mon cheval attaché
A fait sortir sa queue
À travers la toiture.
Fumée de feu de cheminée

Votre panier

Votre COMPTE

Non connecté

« Maintenant, voici venu pour moi le temps de me décider à faire retour en arrière, de tenter de trousser congrûment quelque chose à ma guise, une sorte d’écriture pure de tout sens civique. Le besoin est sans doute inscrit dans les gènes : pressentiment reptilien que tout disparaîtra d’un coup.
Dany, Piteur, Olivier, il n’y a plus au monde une seule trace d’eux. Tout ce qui reste est en moi. »
Sylvain Fourcassié
Les Madones du trottoir

L’auteur

Le plasticien

La Collection

Un oursin À la Dublineuse Le Chant du destin Une voix pour Orphée Les Visages et les voix C’est papa qui conduit le train Maintenant la nuit L’Impossible Manque Cheminement vers le rien Premières poésies (1950-1955) Fidèles félidés Crobards et mounièques Triptike Erratiques Où qu’on va après ? Capitaine des myrtilles Tacatam Blues Villégiatures & Cie Toro Coquerets et coquerelles 33 Voix Matière du temps 2 Presque le bonheur Le Sens du toucher Un alibi de rêve Des rêves au fond des fleurs Toboggans des maisons Encre La Traversée des grandes eaux Dans les jardins mouillés