Maintenant la nuit Thierry Renard

Publication 1998
7,50 EUR (7,11 EUR HT)

Maintenant la nuit, Thierry Renard, poèmes, 6 collages de Lionel Bourg, coll. L'Anthrope, 12x16,5 cm, 32 p., 1998, ISBN : 2.905910.94.1

Présentation

En six chants et une ouverture où la prose s’accouple à la poésie, Thierry Renard tente de reconstituer les fragments épars du désir, de l’amour. À une aimée souvent absente, il confie les images tendues de son attente, le souhait presque aussitôt endeuillé d’une idylle sans paroles. La langue bute sur l’impossibilité de faire advenir ce que le corps désire, mais, en même temps, elle anime les images fantasmagoriques d’un amour qui nouerait le corps et l’âme au cœur d’une lumière éclatante.

Maintenant la nuit. Précis, métaphores neuves qui nous lavent jusqu’au squelette, la mort comme une étoile secrète dans le ciel qu’on ne voit pas. Merci pour ce livre que tu nous donnes.
- Serge PEY

Extrait

« On a trop peu à perdre. Je ne me ferai jamais à l’idée que l’ivresse primitive et l’intelligence des sens ne sont que forteresses animales.
Ombre qui passe et qui m’enlace, rends-moi ma part d’éternité. »

Votre panier

Votre COMPTE

Non connecté

« Jardin comme posé
dans ma mémoire j’ai neuf ans.
Le tilleul est rutilant le
silence éclabousse au milieu de l’été et
tant d’abeilles dans les branches.
Ce que je peux m’emmerder ! »
Dominique Fabre
Avant les monstres

L’auteur

Le plasticien

La Collection

La Peur et son éclat Quatre écoutes du tonnerre L’Errance, la dérive, la trace Le Barillet : variations dramatiques T2 Le Soleil oiseleur Course libre Un éditeur... Voilà ! Une cigale dans la tête Musée de l’os et de l’eau Sillages Capitaine des myrtilles Dans le vent du chemin La Halte belge Bavard au cheval mort et compagnie L’Appétit de Don Juan Des rêves au fond des fleurs La hulotte n’a pas de culotte Une clarté de passage L’Or de l’air Maintenant la nuit Les Visages et les voix Des garous et des loups Le Perron Chair de Sienne Banlieue nord Résidences secondaires Avant les monstres Lavoir de toutes les couleurs C’est papa qui conduit le train En herbe