Maintenant la nuit Thierry Renard

Publication 1998
7,50 EUR (7,11 EUR HT)

Maintenant la nuit, Thierry Renard, poèmes, 6 collages de Lionel Bourg, coll. L'Anthrope, 12x16,5 cm, 32 p., 1998, ISBN : 2.905910.94.1

Présentation

En six chants et une ouverture où la prose s’accouple à la poésie, Thierry Renard tente de reconstituer les fragments épars du désir, de l’amour. À une aimée souvent absente, il confie les images tendues de son attente, le souhait presque aussitôt endeuillé d’une idylle sans paroles. La langue bute sur l’impossibilité de faire advenir ce que le corps désire, mais, en même temps, elle anime les images fantasmagoriques d’un amour qui nouerait le corps et l’âme au cœur d’une lumière éclatante.

Maintenant la nuit. Précis, métaphores neuves qui nous lavent jusqu’au squelette, la mort comme une étoile secrète dans le ciel qu’on ne voit pas. Merci pour ce livre que tu nous donnes.
- Serge PEY

Extrait

« On a trop peu à perdre. Je ne me ferai jamais à l’idée que l’ivresse primitive et l’intelligence des sens ne sont que forteresses animales.
Ombre qui passe et qui m’enlace, rends-moi ma part d’éternité. »

Votre panier

Votre COMPTE

Non connecté

« Ma culture se nourrit du livre de ta chair, et j’ai lu beaucoup dans le fond de tes gorges, dans ton dedans d’amour, descendant de délice en délice au délire des délires… »
Marcel Moreau
Insensément ton corps

L’auteur

Le plasticien

La Collection

La hulotte n’a pas de culotte Capitaine des myrtilles Matière du temps 2 La Momie de Roland Barthes Couleur jardin L’Oiseau de nulle part L’Homme traversé Le Voyageur sans voyage Mange-Matin Carnets respiratoires Triptike La Mort est en feu La Langue au chat Erratiques La Belle vitesse Journal de l’homme arrêté L’Ourlet du ciel Solaire Circé ou Une agonie d’insecte Où patiente la lumière L’Evolution des paysages Coquerets et coquerelles Corps antérieur La Nuit du libertin La Toile de la foraine - Lyon : portrait Lettre d’Afrique à une jeune fille morte L’Indifférent Le Pôle magnétique Le Congrès d’automne Dans la présente abjection des mondes