Maintenant la nuit Thierry Renard

Publication 1998
7,50 EUR (7,11 EUR HT)

Maintenant la nuit, Thierry Renard, poèmes, 6 collages de Lionel Bourg, coll. L'Anthrope, 12x16,5 cm, 32 p., 1998, ISBN : 2.905910.94.1

Présentation

En six chants et une ouverture où la prose s’accouple à la poésie, Thierry Renard tente de reconstituer les fragments épars du désir, de l’amour. À une aimée souvent absente, il confie les images tendues de son attente, le souhait presque aussitôt endeuillé d’une idylle sans paroles. La langue bute sur l’impossibilité de faire advenir ce que le corps désire, mais, en même temps, elle anime les images fantasmagoriques d’un amour qui nouerait le corps et l’âme au cœur d’une lumière éclatante.

Maintenant la nuit. Précis, métaphores neuves qui nous lavent jusqu’au squelette, la mort comme une étoile secrète dans le ciel qu’on ne voit pas. Merci pour ce livre que tu nous donnes.
- Serge PEY

Extrait

« On a trop peu à perdre. Je ne me ferai jamais à l’idée que l’ivresse primitive et l’intelligence des sens ne sont que forteresses animales.
Ombre qui passe et qui m’enlace, rends-moi ma part d’éternité. »

Votre panier

Votre COMPTE

Non connecté

« Il vaudrait mieux mourir avant d’aimer et d’être aimé, je me dis ça quelquefois. Ce ne serait pas forcément plus facile, mais peut-être un peu, je ne sais pas ? »
Dominique Fabre
Le Perron

L’auteur

Le plasticien

La Collection

Solaire Un oursin Dans les jardins mouillés Des étoiles sur les genoux Bavard au cheval mort et compagnie L’Impatience Résidences secondaires Couleur jardin Le Barillet : variations dramatiques T2 Petits bonheurs La Poignée de porte Le Vingt-deux octobre Al dente (de l’amour, du poème et des spaghetti) Ouverture du cri Un rossignol sur le balcon C’est des poèmes ? Avant les monstres Le Sentiment de la nature La Chambre bouleversée Tiens bon la rampe Chroniques d’un promeneur assis Le Réel Poèmes poids plume La poésie est facile Petit traité d’éducation lubrique L’Incomparable promenade L’Ombre nue Le Chant du destin Le Taureau, la rose, un poème C’est l’Eté