Carnets du graphomane René Pons

Publication 2000
21,50 EUR (20,38 EUR HT)

Carnets du graphomane, René Pons, journal, coll. David, 15x21.5 cm, 240 p., 2000, ISBN : 2.9113388.13.2

Présentation

Écrivain en retrait (mais pas en retraite), graphomane obsessionnel et insomniaque, René Pons se livre ici à un exercice lexical. Ayant choisi quelques mots de son vocabulaire favori ou honni, il ne propose pas une définition pour chacun. Son projet est plutôt de donner un objet à son désir de toujours écrire. Les mots convoquent ainsi des textes fragmentaires qui, rassemblés, font un autoportrait lucide de celui qui les a choisis. Loin de revêtir l’habit vert d’académicien, René Pons préfère le désordre de la pensée et des associations d’idées à l’ordre de l’alphabet. Les mots viennent donc ici dans une logique d’écriture. C’est dire que ce dictionnaire se lit comme un roman (bien que l’auteur renierait un tel mot).

Extrait

Combray, de loin, à dix lieues à la ronde, vu du chemin de fer quand nous y arrivions la dernière semaine avant Pâques, ce n’était qu’une église résumant la ville, la représentant, parlant d’elle et pour elle aux lointains, et, quand on approchait, tenant serrés autour de sa haute mante sombre, en plein champ, contre le vent, comme une pastoure ses brebis, les dos laineux et gris des maisons rassemblées qu’un reste de remparts du moyen-âge cernait çà et là d’un trait aussi parfaitement circulaire qu’une petite ville dans un tableau de primitif. A l’habiter, Combray était un peu triste, comme ses rues dont les maisons construites en pierres noirâtres du pays, précédées de degrés extérieurs, coiffées de pignons qui rabattaient l’ombre devant elles, étaient assez obscures pour qu’il fallût dès que le jour commençait à tomber relever les rideaux dans les « salles » ; des rues aux graves noms de saints (desquels plusieurs se rattachaient à l’histoire des premiers seigneurs de Combray) : rue Saint-Hilaire, rue Saint-Jacques où était la maison de ma tante, rue Sainte-Hildegarde où donnait la grille, et rue du Saint-Esprit sur laquelle s’ouvrait la petite porte latérale de son jardin ; et ces rues de Combray existent dans une partie de ma mémoire si reculée, peinte de couleurs si différentes de celles qui maintenant revêtent pour moi le monde, qu’en vérité elles me paraissent toutes, et l’église qui les dominait sur la Place, plus irréelles encore que les projections de la lanterne magique ; et qu’à certains moment, il me semble que pouvoir encore traverser la rue Saint-Hilaire, pouvoir louer une chambre rue de l’Oiseau --- à la vieille hôtellerie de l’Oiseau flesché, des soupiraux de laquelle montait une odeur de cuisine qui s’élève encore par moments en moi aussi intermittente et aussi chaude --- serait une entrée en contact avec l’Au-delà plus merveilleusement surnaturelle que de faire la connaissance de Golo et de causer avec Geneviève de Brabant.

Votre panier

Votre COMPTE

Non connecté

« Ce n’est pas moi qui risquait de la combler jusqu’à la faire exister. Je préfère me tenir sur le seuil, caresser les corps plutôt que les posséder. »
Jean-Claude Hauc
L’indifférent

L’auteur

La Collection

Mon chat son chien et le cochon du voisin C’est des poèmes ? Quatre écoutes du tonnerre Des garous et des loups Les Madones du trottoir Un alibi de rêve Marie-Gasparine Entre chagrin et néant (audiences d’étrangers) Petites proses voyageuses Le Chat Le Perron La Traversée des grandes eaux L’Ourlet du ciel Ouverture du cri En avant l’enfanfare ! L’Italien Où patiente la lumière Al dente (de l’amour, du poème et des spaghetti) Couleur jardin L’Enfance est mon pays natal Course libre Une voix pour Orphée Casanova et la belle Montpelliéraine Le Vent du dehors L’Appétit de Don Juan La Mort de Woyzeck Carnets du jardin de la Madeleine Les Choses n’en font qu’à leur tête La Couleur tensive Pays simple