Goutte d’eau Jean-Pierre Chambon

Publication 2002
7,50 EUR (7,11 EUR HT)

Goutte d'eau, Jean-Pierre Chambon, conte, calligraphie de Shan Shan, coll. L'Anthrope, 12x16.5 cm, 32 p., 2002, ISBN : 2.913388.26.4

Présentation

C’est un conte cristallin, limpide. Nous sommes en Chine où le Prince Li s’éprend d’une jeune fille. La jalousie du prince l’entraîne à enfermer la princesse dans son palais, ou, plus exactement, dans une maquette de son palais où tout y compris la nature a été réduit aux dimensions de la minuscule princesse. Dans ce petit palais, la princesse voudrait, comme le prince Li, posséder elle aussi une maquette de la maquette... Mais comment faire pour réduire encore les plantes, les arbres, les fleurs ? Le Prince Li envoie quatre hommes chercher chacun le plus grand magicien de l’Empire.
On va d’enchantements en enchantements dans ce conte ciselé comme un diamant. La peur de vieillir, la beauté éternelle, la possession et l’amour tissent ici une fable aux profonds éclats.

Extrait

Un premier magicien brisa le cercle de l’assemblée, qu’il salua, et sans autre préambule, il enfonça un doigt dans le sol. Lorsqu’il se releva, surgit une source.

Votre panier

Votre COMPTE

Non connecté

« Aucun visage ne paraissait jamais aux wagons. Le train bleu n’avait pas de fenêtres.
La glace voilait tout. »
Pierre Cendors
Le Voyageur sans voyage

Le plasticien

La Collection

Billet pour le Pays doré L’Alimentation générale de Tombouctou Encre Chants de la tombée des jours Où qu’on va après ? Dans les jardins mouillés La Ville est mosaïque Le Vingt-deux octobre Chambre de feuilles La Close Faire des études pour être mendiant Une cigale dans la tête Avant les monstres Petits bonheurs Le Perron Les Macchabs vites Ouverture du cri Vladivostok, aller simple L’Ordinaire, la métaphysique La Poignée de porte La Peur et son éclat C’est papa qui conduit le train Bavard au cheval mort et compagnie La hulotte n’a pas de culotte Fragments d’un meurtre À la Dublineuse Rimbaud, la tentation du soleil Cheminement vers le rien Une voix pour Orphée Les Choses n’en font qu’à leur tête