La Liesse populaire en France Lionel Bourg

Publication 1998
7,50 EUR (7,11 EUR HT)

La Liesse populaire en France, Lionel Bourg, essai, coll. L'Anthrope, 12x16.5 cm, 32 p., 1998, ISBN : 2.905910.96.8

Présentation

Dans ce petit livre, Lionel Bourg s’interroge sur la place qu’a tenu l’immense liesse populaire du 12 juillet 1998 après la victoire de l’équipe de France de football en Coupe du Monde. Ou, plus exactement, il ne s’interroge pas : il vitupère, dénonce, montre. Adepte du pamphlet ou du journal de la colère, Lionel Bourg ici replace l’événement sportif dans la torpeur mortifère qu’impose le capitalisme. À une France qui s’ennuit, c’est une joie opportune qui est offerte. L’amateur de football qu’est Lionel Bourg, n’en est pas moins lucide : la victoire fêtée fut celle de la frilosité.
Furibard comme on l’aime, dénonciateur des dominations d’aujourd’hui et des mensonges d’hier (ah le joli portrait de Cohn Bendit !) Lionel Bourg réveille les esprits. On en a bien besoin.

Extrait

N’en déplaise aux clichés (encore un effort, nous y sommes presque !), le capitalisme n’est pas un coureur cycliste, fût-il bourré d’hormones de croissance, qui ferait du sur-place avant le sprint final avec la révolution prolétarienne. Sa fermentation, toute macabre qu’elle soit, n’a rien de statique. Crevant de ne pas crever, il réussit, ou feint la réussite, de son coup le plus audacieux, réalisant en négatif le programme communiste.

Votre panier

Votre COMPTE

Non connecté

« Ma culture se nourrit du livre de ta chair, et j’ai lu beaucoup dans le fond de tes gorges, dans ton dedans d’amour, descendant de délice en délice au délire des délires… »
Marcel Moreau
Insensément ton corps

L’auteur

La Collection

Carnets du jardin de la Madeleine Matière du temps 2 Résidences secondaires Coquerets et coquerelles Ombres classées sans suite Le Chant du destin La Couleur tensive Pleine lucarne La Ville autour Le Vingt-deux octobre Le Sens du toucher Des rêves au fond des fleurs Les Visages et les voix Lettre d’Afrique à une jeune fille morte Un alibi de rêve La Ville est mosaïque Mobilis in mobilier Les Macchabs vites Ils Goutte d’eau On disait L’Evolution des paysages Al dente (de l’amour, du poème et des spaghetti) Labyrinthe Animalimages Entre chagrin et néant (audiences d’étrangers) Casanova et la belle Montpelliéraine C’est des poèmes ? Pays simple C’est l’Eté