La Liesse populaire en France
Lionel Bourg

publication 1998
7,50 € (7,11 € HT)

La Liesse populaire en France, Lionel Bourg, essai, coll. L'Anthrope, 12x16.5 cm, 32 p., 1998, ISBN : 2.905910.96.8

Présentation

Dans ce petit livre, Lionel Bourg s’interroge sur la place qu’a tenu l’immense liesse populaire du 12 juillet 1998 après la victoire de l’équipe de France de football en Coupe du Monde. Ou, plus exactement, il ne s’interroge pas : il vitupère, dénonce, montre. Adepte du pamphlet ou du journal de la colère, Lionel Bourg ici replace l’événement sportif dans la torpeur mortifère qu’impose le capitalisme. À une France qui s’ennuit, c’est une joie opportune qui est offerte. L’amateur de football qu’est Lionel Bourg, n’en est pas moins lucide : la victoire fêtée fut celle de la frilosité.
Furibard comme on l’aime, dénonciateur des dominations d’aujourd’hui et des mensonges d’hier (ah le joli portrait de Cohn Bendit !) Lionel Bourg réveille les esprits. On en a bien besoin.

Extrait

N’en déplaise aux clichés (encore un effort, nous y sommes presque !), le capitalisme n’est pas un coureur cycliste, fût-il bourré d’hormones de croissance, qui ferait du sur-place avant le sprint final avec la révolution prolétarienne. Sa fermentation, toute macabre qu’elle soit, n’a rien de statique. Crevant de ne pas crever, il réussit, ou feint la réussite, de son coup le plus audacieux, réalisant en négatif le programme communiste.

Votre panier

Votre COMPTE

Non connecté

« Maintenant, voici venu pour moi le temps de me décider à faire retour en arrière, de tenter de trousser congrûment quelque chose à ma guise, une sorte d’écriture pure de tout sens civique. Le besoin est sans doute inscrit dans les gènes : pressentiment reptilien que tout disparaîtra d’un coup.
Dany, Piteur, Olivier, il n’y a plus au monde une seule trace d’eux. Tout ce qui reste est en moi. »
Sylvain Fourcassié
Les Madones du trottoir

L’auteur

La Collection

Un éditeur... Voilà ! Encre Le Bruissement des mots Maélo C’est papa qui conduit le train L’Œil tourné Carnets respiratoires Dans la présente abjection des mondes Fin’ Amor On disait Encyclopédie cyclothymique De purs désastres, édition aggravée Trois anciens poèmes mis ensemble pour lui redire je t’aime L’Homme traversé Goutte d’eau C’est des poèmes ? Lumière des mains, suivi de L’Incessant tourment d’espérances L’Evolution des paysages Stilb suivi de Iréniques Avant les monstres Pour mon ours blanc Valleuse Résidences secondaires Villégiatures & Cie Pays simple En herbe Fragments d’une ville fantôme La Tombe d’un jeu d’enfant La Traversée des grandes eaux Mobilis in mobilier