On disait Pascal Leclercq

Publication 15 septembre 2013
9,00 EUR (8,53 EUR HT)

On disait, Pascal Leclercq, illustrations de Paul Mahoux, poèmes, collection « Le Farfadet bleu », 11x19,2 cm, 48 p., 2013, ISBN : 978-2-913388-84-0

Présentation

Qui n’a pas joué au fameux « On disait » ?

Mine de rien, ce mécanisme de l’imaginaire permet aux enfants de mieux comprendre le monde qui les entoure et de s’y intégrer.

Tout devient possible avec ces jeux de rôle : on est chat, crabe, on est propre sans jamais se laver, on n’est même pas né...

Pascal Leclercq et Paul Mahoux nous livrent ici des poèmes et des illustrations gigognes, anaphoriques, légers et profonds à la fois. Avec eux le monde s’ouvre en grand !

On disait existe également en livre numérique (ebook, versions epub ou kindle, avec fichier audio : lecture des poèmes par l’auteur !), chez e-fractions diffusion (cliquez ici).

Extrait

On disait
qu’on était des chats,
qu’on avait le poil noir et soyeux,
qu’on marchait sur des coussinets,
qu’on regardait le foot à la télé,
avec l’air paresseux
pour ne pas se faire prendre.

On disait
qu’on sentait le monde
avec nos moustaches,
qu’on déplaçait les choses
d’un coup de patte,
qu’on voyait dans le noir passer
des monstres violets,
qu’on ne disait rien
pour ne pas se faire prendre.

On disait
qu’on s’était mis au lait,
qu’on savait miauler,
qu’on mangeait des croquettes et du pâté,
qu’on ronronnait quand on nous caressait.

Pour finir on disait
que ce n’était pas vrai
qu’on n’était pas vraiment des chats
et qu’on offrait des lunettes
à ceux qui s’étaient laissés prendre.

Votre panier

Votre COMPTE

Non connecté

« Ce pourrait être là.
Ce lieu où un regard, peut-être, suffirait pour étreindre, un instant, l’éblouissante lumière de l’attente. »
Jean-Pierre Spilmont
Lumière des mains

L’auteur

Le plasticien

La Collection

Parfois Des étoiles sur les genoux L’Ombre nue L’Oiseau de nulle part Dans la présente abjection des mondes Un alibi de rêve Fragments du solstice Fragments d’une ville fantôme Le Sens du toucher Le Chant du destin La poésie est facile La Ville est mosaïque Solaire Petits bonheurs Fidèles félidés Encre Les Visages et les voix Toro L’Etoffe des Corps L’Italien Rien qu’une ombre inventée L’Enceinte Les Macchabs vites Premières poésies (1950-1955) En avant l’enfanfare ! Le Vingt-deux octobre Mange-Matin La Guerre entre les arbres Petit traité d’éducation lubrique L’Enfance est mon pays natal