Où qu’on va après ? Chantal Dupuy-Dunier

9,00 EUR (8,53 EUR HT)

Où qu'on va après ?, Chantal Dupuy-Dunier, illustrations de Elena Ojog, poèmes, collection « Le Farfadet bleu », 11x19,2 cm, 48 p., 2005, ISBN : 9782840312475 Sélection Prix Lire et faire lire 2010

Présentation

« La mort, c’est simplement : Ça dort.

Tout ce qui vivait, tous ensemble

les fleurs, les chats, les hommes.. ».

Loin des clichés employés habituellement pour parler aux enfants de la mort, des fables inventées par les « grands » pour répondre à leurs questions, l’auteur choisit la simple vérité, revisitée par la poésie et l’humour.

« C’est la mort au bois dormant,

un conte à dormir couché. »

Un livre de poèmes pas triste sur la mort...

Pas toujours facile de répondre aux questions des petits ou des ados : “C’est quoi la mort ?”, “Y a quoi après ? “, ou encore, “Elle est partie où, Mamie ?” Ce petit livre de poèmes, intitulé Où qu’on va après ? et joliment illustré, peut aider à dédramatiser, et parler de ce grand mystère, dont, finalement, on sait si peu de chose...

Des poèmes autour de la mort, quelle drôle d’idée ! Pas si farfelu que ça, en y regardant de plus près. Chantal Dupuy-Dunier est poète, et aussi accessoirement, psychologue -clinicienne dans un hôpital de Clermont-Ferrand. Elle vit donc en Haute-Loire, et on l’imagine volontiers entourée de chats, dans une grande maison chaleureuse. Elle anime aussi des ateliers d’écriture et va lire ses poèmes dans les écoles. Son dernier livre, léger comme une plume, parle de choses graves, la mort, la disparition, des hommes, des enfants, des chiens, des oiseaux. Ceux qu’on aime, en somme. Ça n’est pas gnan-gnan, et d’une simplicité enfantine. (...) Il y a même de l’humour : “Tout ce qui compose notre corps /continue à vivre/”Rien ne se perd, rien ne se crée”/qu’a dit un autre savant/(ce qui ne l’a pas empêché de mourir”.
Avec des dessins beaux et originaux, un brin surréalistes, signés Elena Ojog, une jeune artiste moldave au crayon très sûr. Le tout respire la sérénité, et fait sourire à travers les larmes.

- Cécile Abdessalam, Prima : Des poèmes pour parler de la mort aux enfants (et aux autres)...

Extrait

Oui c’est pas juste,
mais c’est drôlement économique.
Avec de la poudre de roses,
des poils de minet
et des os de papis,
ça fait des nouvelles plantes,
de nouveaux animaux
et de nouveaux hommes

Votre panier

Votre COMPTE

Non connecté

« C’est une émeute, avait dit l’un des hommes. Un soulèvement populaire, avait ajouté l’autre. Les carabiniers du village avaient fini par se décider à venir voir ce qui se passait. Ils avaient aidé les deux hommes à remonter dans leur autocar qui s’était enfui. À Santa Maria di Momentana, les maçons avaient achevé de monter le mur de briques. La Madonna était cloîtrée, hiératique. En bas, trois femmes caressaient l’enfant sous la robe qui frémissait. Le printemps était là en cette année 1944. »
Michaël Glück
L’Enceinte

Le plasticien

La Collection

Autobiographie d’un autre Petites proses voyageuses L’Enfance est mon pays natal Opéré bouffe Avec des ailes Le Soleil oiseleur L’Impatience Mon chat son chien et le cochon du voisin Nuitamment Erratiques L’Œil tourné La Tombe d’un jeu d’enfant La Halte belge Stabat Mater Les Madones du trottoir On disait La Source La Langue et ses monstres Stilb suivi de Iréniques Al dente (de l’amour, du poème et des spaghetti) Le Bec de la plume L’Ourlet du ciel Le Bruissement des mots En toutes circonstances Le Chat Si petits les oiseaux 33 Voix L’Insu Zoophile contant fleurette Tacatam Blues